Le braqueur britannique Ronnie Biggs est mort

  • A
  • A
Le braqueur britannique Ronnie Biggs est mort
@ Reuters
Partagez sur :

Il était l'un des auteurs de l'attaque légendaire du train postal Glasgow-Londres en 1963.

Le braqueur britannique Ronnie Biggs, l'un des auteurs de la célèbre attaque du train postal Glasgow-Londres en 1963, est décédé mercredi à l'âge de 84 ans, a annoncé le ministère de la Justice. Ronnie Biggs, qui s'était rendu célèbre par une rocambolesque cavale de 36 ans après un casse entré dans la légende, vivait dans une maison de retraite dans le nord de Londres. Il avait été libéré de prison en 2009 en raison de son état de santé fragile. Une porte-parole du ministère de la Justice a indiqué que l'ancien braqueur, qui était toujours formellement sous un régime de liberté conditionnelle, était mort.

Ronnie Biggs ne pouvait plus parler en raison d'une série d'accidents vasculaires cérébraux, contraint de recourir à une affichette pour s'exprimer. Le service judiciaire formellement responsable de sa liberté conditionnelle a indiqué qu'il était mort, selon une porte-parole du ministère de la Justice. Sa dernière apparition publique remontait aux funérailles en mars dernier de Bruce Reynolds, cerveau de l'attaque du train postal. Toujours prompt à la provocation, il avait alors adressé un geste obscène aux journalistes présents.

ronnie biggs bandeau

© Reuters

Un braquage légendaire. Ronnie Biggs était le membre le plus célèbre du gang qui, dans la nuit du 7 au 8 août 1963, était parvenu à arrêter un convoi ferroviaire en trafiquant la signalisation. Après avoir blessé grièvement le conducteur du train, ils s'étaient emparés de 120 sacs de billets de banque, se partageant la somme record pour l'époque de 2,6 millions de livres, l'équivalent d'environ 54 millions d'euros aujourd'hui. Ce braquage audacieux a inspiré plusieurs livres et plusieurs films. Ronnie Biggs avait été condamné après l'attaque mais avait réussi à s'évader de prison et s'était enfui en Belgique, en France, en Australie, puis au Brésil. Une cavale au cours de laquelle il avait eu recours à la chirurgie esthétique pour changer son apparence.

Il n'a pas de regrets. Il était finalement rentré en Grande-Bretagne en 2001, malade et ruiné, pour purger sa peine, avant d'être libéré huit ans plus tard. En août dernier, à l'approche du cinquantième anniversaire du braquage, qui a coïncidé avec son 84e anniversaire, Ronnie Biggs avait prévenu: "Si vous voulez me demander si j'ai des regrets d'avoir fait partie du gang, ma réponse est non".