Le 1er mai mobilise dans le monde

  • A
  • A
Le 1er mai mobilise dans le monde
@ REUTERS
Partagez sur :

En 2010, les défilés ont une connotation particulière en Grèce et en Turquie.

Grèce. Les traditionnels défilés du 1er mai ont rassemblé samedi des milliers de manifestants dans le monde, donnant parfois lieu à des incidents, en particulier en Grèce, pays frappé par la crise économique et financière, mais aussi à Zurich, Macao et Jakarta. A la veille de l'annonce d'un accord sur un plan de sauvetage qui devrait se traduire par une cure d'austérité sans précédent, 20.000 personnes, selon la police, ont défilé à Athènes et Salonique (nord) pour dénoncer les "sacrifices" et les coupes salariales exigés par le FMI et l'UE en échange du sauvetage financier du pays. De brefs affrontements entre jeunes et forces antiémeutes ont marqué les défilés dans les deux villes. Mais les manifestations se sont terminées en début d'après-midi sans nouveaux incidents.

Turquie. Pour la première fois depuis 1977, des milliers de Turcs ont convergé samedi matin vers la place la plus connue d'Istanbul. La place de Taksim était, l'an dernier encore, interdite aux manifestants. Le 1er mai 1977, des inconnus, militants présumés d'extrême droite aidés par les services de renseignement, avaient ouvert le feu sur la foule tuant 34 personnes. .

Russie. Ils étaient aussi des dizaines de milliers en Russie, réclamant qui des moyens pour améliorer leur ordinaire face à la crise économique, qui la démission du Premier ministre Vladimir Poutine. Selon les médias russes, 1,7 million de personnes étaient attendues dans tout le pays, de Vladivostok, sur la côte Pacifique, à Kaliningrad, enclave sur la mer Baltique. Dans le Caucase russe, le 1er mai a été endeuillé par l'explosion d'une bombe qui a fait un mort et 23 blessés dans un hippodrome de Kabardino-Balkarie.

Allemagne. Quelque 8.500 policiers étaient mobilisés pour éviter que ne se reproduisent les incidents de l'an dernier à Berlin.

Indonésie. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi dans la capitale Djakarta pour réclamer la mise en place d'un meilleur système de sécurité sociale couvrant les travailleurs de l'archipel. Quelque 15.000 membres des forces de l'ordre ont été déployés pour encadrer les manifestants dont le cortège s'est dirigé vers le palais présidentiel aux cris de "Aujourd'hui l'unité" et "Fin immédiate de l'oppression". La police a fait usage de canons à eau après des brèves échauffourées qui ont éclaté à proximité du palais.

Cuba. Le traditionnel défilé de centaines de milliers de Cubains était placé sous le signe de la lutte contre les "ingérences" des Etats-Unis et de leurs alliés européens.

Italie. C'est dans une ambiance bon enfant qu'a débuté la manifestation syndicale nationale organisée à Rosarno (Calabre, sud), avec orchestres et géants en papier mâché montés sur échasses. Dans cette ville, de violents affrontements avaient opposé en janvier ouvriers saisonniers immigrés et habitants. Dirigeants syndicaux et de partis de gauche suédois ont quant à eux lancé des attaques contre le gouvernement de centre-droit, lui reprochant de négliger l'emploi et les retraités.