L'Australie élargit la chasse aux crocodiles

  • A
  • A
L'Australie élargit la chasse aux crocodiles
@ GREG WOOD / AFP
Partagez sur :

Face à la hausse des effectifs de cet animal dangereux, l'Australie va relever le plafond de prélèvements de ses œufs mais aussi élargir sa chasse.

L'Australie prévoit d'augmenter ses exportations de produits à base de crocodile en 2016, en raison d'une hausse de la population de cet animal consécutive à des décennies de protection.

Exportations. Le gouvernement prévoit une nette augmentation des prélèvements d’œufs de crocodiles. Le nouveau plan pluriannuel prévoit un prélèvement maximal annuel de 90.000 œufs viables et de 1.200 animaux. "Cela constitue une augmentation de 40% en ce qui concerne les œufs et de 100% des animaux par rapport (au) précédent plan quinquennal", a précisé Willem Westra van Holthe, ministre du Territoire du Nord de la Gestion des ressources terrestres. Prélevés dans la nature, les œufs sont placés pour incubation dans des fermes d'élevage. Les animaux vivants sont utilisés pour la reproduction et leur peau ainsi que certaines parties de leur corps sont exportées.

Trop protégé ? Le crocodile vit dans les marais et les rivières des régions côtières du nord du pays, et tolère aussi bien l'eau salée que l'eau douce. Son poids peut atteindre une tonne et leur taille 7 mètres, ce qui en fait le plus gros reptile vivant. Avant les années 1970, ces reptiles étaient considérés comme une nuisance et furent au bord de l'extinction après des années de chasse effrénée. Espèce protégée depuis 1971, elle n'est plus considérée comme menacée et compte aujourd'hui 150.000 individus en Australie.

Les safaris restent interdits. Une à deux personnes succombent chaque année à une attaque de ces animaux. Plusieurs centaines de crocodiles sont tués chaque année par mesure de protection par les services de l'Etat. Le ministre australien de l'Environnement, Greg Hunt, avait rejeté début 2014 un projet de safari au crocodile, affirmant craindre des "comportements cruels" de la part de riches touristes étrangers en mal d'émotions fortes.