L'attentat de New York ravive "le débat sur l'immigration aux Etats-Unis"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Quelques heures à peine après l'attentat qualifié de "terroriste", qui a fait huit morts à New York, la question migratoire se posait en une de tous les médias américains.

INTERVIEW

Très rapidement après l'attentat de New York, qui a fait huit morts et onze blessés, Donald Trump a réagi en utilisant son moyen d'expression favori : Twitter. Le président américain a d'abord qualifié le suspect, un Ouzbek de 29 ans, titulaire d'un titre de séjour permanent aux Etats-Unis, de "personne malade et déséquilibrée". Il a ensuite accusé l'Etat islamique, avant d'annoncer le renforcement du contrôle des étrangers, en déclarant : "être politiquement correct c'est bien, mais pas pour ça".

Vaincre le terrorisme islamiste radical. Pour le spécialiste de la politique américaine Jean-Eric Branaa, interrogé d'Europe Matin mercredi, "il fallait qu'il y ait une réponse très rapide" de la part de Donald Trump. En effet, "le terrorisme islamiste radical était le sujet principal de sa campagne" pour la présidence. Le magnat de l'immobilier avait alors répété à qui voulait bien l'entendre que "Barack Obama était un président trop faible et qu'il fallait en changer pour qu'aucun attentat n'arrive plus jamais" sur le sol américain, rappelle Jean-Eric Branaa. Selon l'expert, la réaction de Trump, déclarant que la réponse devait être forte, a dès lors été "à la hauteur de la campagne".

Les questions migratoires au cœur des débats. La nationalité de l'assaillant présumé vient par ailleurs appuyer les velléités isolationnistes de Donald Trump. Pour preuve, les questions migratoires ont rapidement dominé les débats à la télévision américaine, quelques heures seulement après l'attaque. "Aujourd'hui, le débat sur la question migratoire s'est emparé de l'ensemble de la société", affirme Jean-Eric Branaa. Après de multiples rebondissements judiciaires, le président des Etats-Unis a finalement remporté sa bataille sur le décret migratoire interdisant aux ressortissants de plusieurs pays musulmans d'entrer sur le sol américain. Ce type de lois va, à coup sûr, "trouver beaucoup de supporters" au Congrès.