L'arrestation d'un enfant lisant de la poésie dans la rue choque les Russes

  • A
  • A
L'arrestation d'un enfant lisant de la poésie dans la rue choque les Russes
La police soupçonnait l'enfant de mendier alors qu'il lisait de la poésie à voix haute pour travailler ses talents d'acteurs. @ Capture d'écran Facebook
Partagez sur :

La police soupçonnait l'enfant de mendier alors qu'il lisait de la poésie à voix haute pour travailler ses talents d'acteurs. 

L'opinion publique russe a été choquée par la vidéo de l'arrestation musclée vendredi soir d'un enfant de 10 ans qui lisait de la poésie dans une rue du centre-ville de Moscou et que la police soupçonnait de mendier.

Cette vidéo, enregistrée sur un téléphone portable et abondamment diffusée par les télévisions russes, montre l'enfant criant "Sauvez-moi!" alors qu'il est embarqué de force par plusieurs policiers.

Quatre heures au commissariat. La police a expliqué que l'enfant, identifié par les médias comme s'appelant Oscar Mironov, faisait "la manche" dans la rue, une activité interdite, mais son père a assuré aux médias russes que son fils lisait de la poésie pour travailler ses talents d'acteurs, avec sa belle-mère assise sur un banc à proximité. C'est cette dernière qui a filmé la scène, avant de suivre l'enfant jusqu'au commissariat où il avait été transféré. Le garçon et sa belle-mère y sont restés environ quatre heures et en sont ressortis peu après minuit, selon le site Ovdinfo, qui surveille les interpellations et les arrestations.

Le Comité d'enquête de Moscou, chargé des grandes enquêtes criminelles, a indiqué qu'il enquêterait sur les agissements des policiers et des parents. La police de Moscou a aussi annoncé une enquête, dont les résultats seront "rendus publics".

To be or not to be, déclamé dans les rues. Quelques jours avant cet incident, un journaliste du quotidien populaire Moskovski Komsomolets avait rendu hommage au jeune Oscar via une vidéo qu'il avait postée sur Facebook. On y voyait l'enfant récitant par cœur le célèbre monologue de Hamlet To Be Or Not To Be sur la rue Arbat, une rue piétonne très fréquentée du centre de Moscou. Le journaliste, Alexandre Minkine, l'avait appelé "prince de la rue" et "mon héros", ajoutant que certains passants lui donnaient des pièces de monnaie mais qu'il ne faisait pas la manche.

Un amende pour le père. L'avocat Anatoli Koutcherena, qui représente notamment Edward Snowden, s'est rendu au commissariat et a indiqué que la police s'était excusée auprès des parents. La police de Moscou a toutefois affirmé que le père de l'enfant avait reçu une amende de 500 roubles (environ 8 euros) pour n'avoir pas rempli ses obligations parentales.

Cette polémique intervient alors que la police russe a été très critiquée pour avoir arrêté, parfois de façon musclée, des dizaines d'adolescents lors de la manifestations organisée le 26 mars par l'opposant russe Alexeï Navalny.