Lapsus royal : une fille pour Kate ?

  • A
  • A
Lapsus royal : une fille pour Kate ?
L'apparent lapsus de Kate était dans tous les journaux britanniques mercredi.@ REUTERS
Partagez sur :

La duchesse de Cambridge aurait fait un lapsus sur le sexe de son enfant à naître en juillet.

>> L'info. L'épouse du prince William aurait-elle laissé échappé cette information capitale ? La presse britannique se perdait mercredi en conjecture après un apparent lapsus de Kate, enceinte de cinq mois, à propos du sexe de son enfant à naître : le futur héritier de la couronne serait une fille.

kate enceinte

© REUTERS

"Ce sera pour ma f...". La duchesse de Cambridge a bavardé mardi avec des badauds lors d'un déplacement à Grimbsy (est de l'Angleterre) et l'un d'entre eux lui a tendu un ours en peluche. Des personnes présentes ont assuré l'avoir alors entendue dire: "Thank you, I'll take that for my d..." ("Merci, ce sera pour ma f...") et s'arrêter net au milieu de sa phrase. Sandra Cook, 67 ans, qui se trouvait dans la foule, a raconté aux journalistes: "je lui ai dit: 'vous alliez dire ma fille, n'est-ce-pas'? et elle (Kate) a dit: 'non, nous n'en savons rien' (du sexe de l'enfant). Je lui ai répondu : 'Moi je pense que vous savez', ce à quoi Kate a répondu: 'nous ne dirons rien'".

>> A lire aussi : Ce qui attend le bébé de Kate et William

Un lapsus à la Une. Le "lapsus" de Kate a mis en effervescence la presse britannique et faisait la Une de la plupart des quotidiens mercredi. "Est-ce une fille? Kate a-t-elle laissé échappé le secret du bébé royal" se demandait ainsi le Daily Express. "C'est une fille", titrait carrément le Daily Mirror, expliquant que Kate avait "donné un indice très important". "Kate a-t-elle lâché le morceau?", se demandait aussi en première page le très sérieux Times.

La Une du Daily Mirror :

De nouvelles règles de succession. Garçon ou fille, l'enfant du prince William et de Kate pourra monter sur le trône grâce à la récente réforme des règles de succession. Jusqu'à présent, une fille ne pouvait devenir monarque que si elle n'avait pas de frère, comme Elizabeth II. Le changement de cette règle séculaire, adopté par le Commonwealth en octobre 2011, est largement approuvé par l'opinion et les principaux partis.