L'ancien yacht de Mussolini saisi par la police italienne

  • A
  • A
L'ancien yacht de Mussolini saisi par la police italienne
Le "Fiamma nera", ancien yacht de Benito Mussolini a été saisi par la police italienne.@ DR
Partagez sur :

La police italienne a annoncé lundi avoir saisi un yacht ayant appartenu au dictateur Benito Mussolini.

Le "Fiamma nera". La police financière italienne a annoncé lundi avoir saisi un yacht qui a appartenu au dictateur fasciste Benito Mussolini, aujourd'hui propriété d'un homme d'affaires soupçonné d'être lié à la mafia. Le yacht de l'ancien dictateur fait partie des 28 millions d'euros d'avoirs placés sous séquestre dans le cadre d'une enquête dans les milieux du crime organisé visant trois personnalités italiennes et dix sociétés. Des biens immobiliers, des voitures de luxe et des parts dans des sociétés ont également été confisqués, a affirmé la police dans un communiqué publié lundi. 

Un homme d'affaires lié à la mafia. Le nom des personnes incriminées n'est pour l'heure pas précisé, mais un tribunal romain a délivré un ordre de saisie au nom de Salvatore Squillante, un homme d'affaires de 68 ans. Celui-ci aurait acheté le yacht "Fiamma nera" par l'intermédiaire d'une des sociétés visées par l'enquête. Ce même bateau avait été offert en cadeau à Mussolini dans les années 1930. Il avait été sabordé à la chute du régime fasciste, en 1943, pour éviter qu'il ne tombe entre les mains des Allemands, mais il a été, par la suite, restauré. 

Selon le document du tribunal, Salvatore Squillante a conclu des contrats qui laissent penser qu'il pourrait être lié à un groupe de la mafia romaine dirigé par un ancien criminel néo-fasciste, Massimo Carminati. Squillante a notamment loué un bien immobilier à une société détenue par Salvatore Buzzi, un proche de Carminati déjà condamné pour meurtre.

Le procès de la "Mafia capitale". Massimo Carminati et Salvatore Buzzi sont les deux principaux personnages du procès de la "Mafia capitale", procès ouvert en novembre dernier à Rome pour une affaire de détournement d'argent public. Des écoutes téléphoniques effectuées dans le cadre de cette enquête ont montré que Salvatore Buzzi était impliqué dans le trafic de migrants arrivant en Europe.