"Laissez pourrir le poulet !"

  • A
  • A
"Laissez pourrir le poulet !"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Des Saoudiens, excédés par la flambée du prix de la volaille, appellent à son boycott sur Twitter.

"Laissez-le pourrir", c’est le titre de la campagne de boycott lancée sur Twitter la semaine dernière par des Saoudiens en colère. Ils protestent contre l’augmentation du prix de la volaille dans leur pays et appellent leurs compatriotes à arrêter d’acheter du poulet. Le prix de la volaille aurait augmenté de près de 40% en seulement deux semaines, rapporte le Financial Time.

Arrêtez de manger du poulet

Le mouvement a commencé sur Twitter sous le slogan "Let it Rot" - Laissez-le pourrir - qui accuse les vendeurs de poulet d’être corrompus et de faire un maximum de marge sur la volaille, avec l’aval des autorités. "Si vous arrêtez de manger du poulet, cela ne fera pas seulement chuter le prix de la volaille, mais aussi les vendeurs corrompus", écrit l’un d’eux sur le site de microblogging.

Le ministre de l’Agriculture saoudien avait aussitôt réagi à la création du mouvement en expliquant que la hausse des prix était due à la faible production de poulet causée par une augmentation du prix de la nourriture pour ces animaux.

Contagion dans la région

Le gouvernement saoudien a réagi à la protestation en bloquant les exportations de poulets vers l’étranger afin de stopper la pénurie de viande et arrêter les prix. Mais il craint une contagion aux pays voisins, notamment à l’Iran, où des manifestations ont eu lieu en juillet pour protester contre le doublement du prix de la volaille.

Dans ce pays où il n’existe ni associations de consommateurs, ni syndicats, ni manifestations ; le site de microblogging est le seul terrain sur lequel les Saoudiens peuvent exprimer leur colère librement. Un mouvement de protestation, sur Youtube et Twitter, contre l’augmentation du prix des produits laitiers avait poussé, en juillet, le principal producteur à faire marche arrière, sur consigne du gouvernement. Le pouvoir garde donc toujours un œil sur Twitter où d’autres mouvements émergent, comme par exemple, celui pour que les femmes saoudiennes puissent obtenir le droit de conduire.