La vidéo qui choque l'Afghanistan

  • A
  • A
La vidéo qui choque l'Afghanistan
@ CAPTURE D'ECRAN AFPTV
Partagez sur :

Le pays cherche à retrouver les hommes qui ont exécuté une femme accusée d'adultère.

Les images de l'exécution par balles d'une jeune femme de 22 ans, accusée d'adultère, ont fait dimanche le tour du monde. Une vidéo unanimement condamnée en Occident. Les autorités afghanes sont désormais à la recherche des hommes à l'origine de cet assassinat.

Des versets du Coran qui condamnent l'adultère

La scène se déroule dans un petit village de la province de Parwan, à quelques kilomètres de Kaboul. La vidéo débute avec un homme portant une longue barbe noire citant des versets du Coran qui condamnent l'adultère. "Cette femme, fille de Sar Gul, soeur de Mostafa et épouse de Juma Khan, s'est enfuie avec Zemarai. Elle n'a pas été vue dans le village pendant environ un mois", poursuit-il.

A quelques mètres, une femme recouverte d'un voile grisâtre, assise sur les talons, lui tourne le dos. Elle écoute sans bouger. Plusieurs dizaines d'hommes, assis par terre sur la colline en surplomb ou regroupés sur des toits de maisons à flanc de montagne, observent la scène.

Acharnement à la kalachnikov

"Dieu nous dit d'en terminer avec elle. Juma Khan, son mari, a le droit de la tuer", poursuit l'homme, avant de tendre une kalachnikov à un homme vêtu de blanc qui se poste alors derrière l'accusée. Aux cris d'"Allah akbar" (Dieu est grand), ce dernier tire deux premiers coups en direction de la femme, qu'il manque. Une troisième balle la touche à la tête. La victime s'écroule. Mais le bourreau fait encore feu à une dizaine de reprises sur le cadavre.

Regardez les images d'Euronews :

Dans la foule, uniquement composée d'hommes, certains enregistrent la scène sur leurs téléphones portables. D'autres demandent au tireur d'arrêter de s'acharner. D'autres encore ont le sourire aux lèvres. Des "Longue vie à l'islam" et autres "Longue vie aux moudjahidines" résonnent.

"Ces talibans ont fui dans les montagnes"

Les autorités afghanes ont condamné cette exécution sommaire. "Nous avons envoyé la police dans la zone. Ils recherchent les talibans responsables" de l'exécution, a déclaré Basir Salangi, le gouverneur de Parwan. "Ces talibans, dont le tueur, ont fui dans les montagnes", mais "nous continuerons à les rechercher jusqu'à leur arrestation", a-t-il ajouté. Le président afghan Hamid Karzaï s'est lui-même saisi du dossier. Dans un communiqué, il a "ordonné" à ses forces de sécurité de "n'épargner aucun effort" pour "arrêter et punir les coupables".

Les Occidentaux, choqués par les images, ont offert leur aide aux Afghans. La force internationale de l'Otan en Afghanistan (Isaf) s'est dite "prête à assister les forces de sécurité afghanes dans la traque des auteurs de cet acte haineux", a déclaré son commandant, le général américain John Allen.