Un policier menotte un enfant : la vidéo qui indigne les Etats-Unis

  • A
  • A
Partagez sur :

La vidéo a été diffusée par l’Union américaine pour les libertés civiles (American Civil Liberties Union, Aclu) qui a décidé de porter plainte, lundi.

La vidéo a été tournée en 2014, mais elle suscite aujourd'hui l'indignation aux Etats-Unis. Sur les images, on voit un policier malmener un enfant de 8 ans, menotté et assis sur une chaise. Le petit garçon se trouve dans une classe de l’école primaire Latonia, à Covington, près de Cincinnati. La vidéo a été diffusée lundi par l’Union américaine pour les libertés civiles (American Civil Liberties Union, Aclu). Dans le même temps, l'Aclu a porté plainte contre le shérif du Kentucky, rapporte le Washington Post.

Un enfant qui souffre d'hyperactivité. Selon l'Aclu, le petit garçon qui figure sur la vidéo est âgé de 8 ans et souffre de trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH). En août 2014, alors qu'il n'avait pas écouté son enseignant, il avait été renvoyé de sa classe. Une fois dans le bureau du principal, il avait tenté de fuir, indique le Lexington Herald-Leader. Le personnel avait alors fait appel au shérif Kevin Sumner. L’enfant avait tenté de le frapper avec son coude. Et celui-ci a donc décidé de le menotter, selon un rapport du bureau du shérif.

"Tu fais ce qu’on te demande de faire". Sur les images, on voit l'enfant de 1,06 m et 23,6 kg, menotté aux biceps, ses poignets étant trop maigres pour être attachés. "Tu ne tentes pas de me frapper comme ça. Tu fais ce qu’on te demande de faire ou tu en payes le prix", s'agace le shérif. L’enfant, en pleurs, lui répond que "ça fait mal". Le policier lui explique alors que, s’il veut être débarrassé de ses menottes, il doit "bien se comporter". "Aussi longtemps que tu te conduiras mal, je ne les retirerai pas", menace-t-il.

Une plainte déposée pour deux enfants. Face à la violence de ces actes et de ces propos, l'Aclu a décidé de porter plainte contre le shérif. Cette plainte pour violation de la loi en faveur des Américains handicapés concerne deux enfants, le jeune garçon filmé et une petite fille qui a subi les mêmes méthodes dans des circonstances similaires. Cette plainte s'accompagne d'une demande à un juge d’interdire à l’école d’utiliser de telles méthodes, et réclame des dommages et intérêts pour la détresse émotionnelle causée.

Un enseignant devenu flic. L'avocat du shérif a défendu les méthodes de son client en expliquant que les enfants "se mettaient et mettaient d’autres personnes en danger, et c’est ce que son manuel dit de faire". Interrogé par le site Kentucky.com, il a ajouté que son client, un ancien enseignant devenu policier, était "entièrement dévoué aux enfants, aux écoles et à l’éducation."