La Toile demande la grâce de Troy Davis

  • A
  • A
La Toile demande la grâce de Troy Davis
@ REUTERS
Partagez sur :

A 48h de la date d’exécution de ce citoyen américain, la mobilisation se renforce.

Sur Twitter, sur Facebook ou encore sur les sites d’organisations contre la peine de mort, nombreux sont ceux qui prennent la parole lundi pour défendre Troy Davis. Ce citoyen américain âgé de 42 ans, qui a passé vingt années de sa vie dans le couloir de la mort, saura lundi si la Commission des grâces de l’Etat de Géorgie accepte de commuer sa peine en réclusion à perpétuité ou s’il est exécuté par injection mortelle. Et ce, comme prévu, mercredi à 19h.

Troy Davis est présenté par de nombreuses personnalités comme un exemple de Noir innocent, condamné à mort pour le meurtre en 1989 lors d'une bagarre d'un policier blanc, par une justice partiale dans le Sud des Etats-Unis.

"Empêchez l’exécution de #TroyDavis"

"Un million de tweets pour empêcher l'exécution de #TroyDavis", c'est le nom de l'opération lancée sur Twitter par Amnesty International France. L’organisation a une nouvelle fois convié les internautes à agir avant qu'il ne soit trop tard. Parce qu’il y a trop de doutes (#toomuchedoubt), comme l’écrivent eux-mêmes les utilisateurs du réseau social, les tweets ne cessent de se succéder lundi principalement en anglais à l’image de KeyzDaDon qui demande l’arrêt de la procédure avec son message "Stop the execution of #TroyDavis !" et qui encourage les autres internautes à faire passer le message.

La solidarité passe également par Facebook, où deux groupes ont été créés : Justice for Troy Davis et Stop the Execution of Troy Anthony Davis !. Les uns assurent aux membres du réseau social qu’il leur faut contacter la Maison-Blanche pour stopper l’exécution de Troy Davis, alors que d’autres relancent vers diverses pétitions.

Alors que 300 rassemblements ont eu lieu vendredi en France et dans le monde entier pour réclamer la clémence de Troy Davis, Amnesty International France a renouvelé son appel à la signature d’une pétition contre cette exécution, disponible sur le net. Elle sera adressée au comité des grâces de Géorgie.

"Une barbarie judiciaire"

L'ambassadeur français pour les droits de l'homme, François Zimmeray, évoque quant à lui une "barbarie judiciaire". Il a récemment rappelé que "le combat pour l'abolition universelle de la peine de mort est un combat dans laquelle la France est résolument engagée", au trentième anniversaire de l'abolition de la peine de mort dans l'Hexagone. La France, ses ambassades et consulats aux Etats-Unis, "sont mobilisés. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter cette extrémité", a-t-il assuré.