La statue de la Liberté bientôt noyée ?

  • A
  • A
La statue de la Liberté bientôt noyée ?
@ Reuters
Partagez sur :

CLIMAT - La montée des eaux inquiète aux Etats-Unis. D'autres sites d'exception sont menacés de disparition.

Que seraient les États-Unis sans la Statue de la Liberté ? La question pourrait bientôt se poser. Un rapport d'experts publié mardi révèle que la montée des océans résultant de la fonte des glaces polaires sous l'effet du réchauffement climatique menace plusieurs hauts lieux américains, dont la célèbre statue offerte par la France en 1886.

statue de la liberté

© Reuters

30 trésors nationaux menacés. Le rapport pointe 30 trésors nationaux américains menacés par les eaux, mais aussi pour certains par des incendies dans l'Ouest des Etats-Unis, où les sinistres sont de plus en plus plus fréquents en raison des sécheresses que des climatologues lient au réchauffement du climat. "On peut quasiment retracer l'histoire des États-Unis avec ces hauts lieux", relève Adam Markham, un chercheur de l'Union of Concerned Scientists (UCS), co-auteur du rapport: "Le risque c'est de mettre en pièces le patchwork qui témoigne de l'héritage et de l'histoire de la nation".

Le Fort Monroe "sera une île". Outre la statue de la Liberté et le Centre Kennedy, d'où ont décollé les premiers hommes à aller sur la Lune, le document cite Jamestown, en Virginie, lieu de la première colonie britannique permanente sur le continent américain et qui "sera probablement submergée par la montée de l'océan d'ici la fin du siècle", prédit l'UCS. "Le Fort Monroe en Virginie, qui a joué un rôle crucial pendant la guerre de Sécession sera une île d'ici 70 ans", ajoute encore Adam Markham.

La solution ? "Réduire les émissions de CO2". Pour freiner le changement climatique et donner plus de temps pour mieux préserver tous les sites menacés, il est indispensable de réduire les émissions de dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre provenant des activités humaines, insistent les auteurs. Selon le dernier rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (Giec) limiter le réchauffement climatique à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle est encore possible mais implique d'agir vite pour réduire les émissions de CO2 de 40 à 70% d'ici 2050.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

FONTE DES GLACES - L'inquiétude monte

PLASTIQUE - Le 7e continent

OCÉAN AUSTRAL - Vents historiquement violents

CO2 - Qui pollue le plus en Europe ?