La semaine éprouvante d'Oscar Pistorius

  • A
  • A
La semaine éprouvante d'Oscar Pistorius
@ REUTERS
Partagez sur :

ON FAIT LE POINT - L’ancien athlète a fondu en larmes plusieurs fois alors qu’il était entendu à la barre. Europe1.fr fait le point sur les éléments de l’enquête.

La semaine a été éprouvante pour le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius qui était entendu  par le procureur Gerrie Nel. Plusieurs fois l’audience a dû être reportée en raison de l’état de l’accusé, en pleurs à chaque passage à la barre.

Pistorius

© Reuters

Oscar Pistorius affirme que c'est "par accident" qu'il a abattu sa petite amie Reeva Steenkamp à 3h17 le 14 février 2013.  Mais le procureur Gerrie Nel pense au contraire qu'il l'a assassinée après une dispute. L’audition de l’ancien  athlète a mis en avant de nombreuses incohérences dans ses explications.

La version donnée par oscar Pistorius

Une soirée calme et ordinaire. Selon Oscar Pistorius, le couple, très amoureux, a passé une calme soirée chez lui. Elle avait apporté un cadeau pour la Saint-Valentin qu'il ne devait ouvrir que le lendemain. Le 13 février au soir, l'athlète est arrivé vers 18H00, chez lui, où Reeva préparait le repas. Ils ont dîné vers 19h00 autour d'un sauté de poulet aux légumes et ont discuté d'un contrat.

Fatigués tous les deux, ils sont montés dans sa chambre, et il a disposé deux ventilateurs sur le balcon pour éloigner les insectes. Il a discuté avec son cousin au téléphone, ils se sont lavé les dents, elle a fait son yoga et ils se sont couchés. Il s'est endormi entre 21h00 et 22h00.

reeva steenkamp, victime présumée d'oscar pistorius

© CAPTURE D'ECRAN YOUTUBE

Il s'est réveillé en pleine nuit parce qu'il avait chaud. Il s'est assis sur le lit et a vu que la porte du balcon était ouverte et que les ventilateurs étaient toujours en marche. Reeva s'est alors retournée et lui a dit "Tu ne peux pas dormir, mon bébé?". Il est sorti sur le balcon pour chercher les ventilateurs, a fermé la porte et tiré les rideaux pour obtenir un noir complet.

Il croyait que Reeva était encore au lit. Il venait de couvrir la veilleuse bleue de sa chaîne hi-fi avec le jean de Reeva, quand il a entendu la fenêtre de la salle de bain attenante glisser sur son cadre de bois et frapper le montant.

Saisissant son pistolet sous le lit, il a chuchoté à Reeva - qu'il croyait dans le lit - d'appeler la police, a crié aux "intrus" de partir, s'est lentement rendu sur ses moignons dans la salle de bain, dans le noir, en suivant son "instinct", a entendu la porte des toilettes se fermer et, pris de panique, a tiré dessus, pensant que quelqu'un allait sortir pour l'attaquer. Il a ajouté vendredi qu'il avait crié à Reeva d'appeler des secours avant de tirer. Selon lui, Reeva s'est levée pour aller aux toilettes quand il est sorti sur le balcon, sans qu'il le remarque. 

Un procureur offensif                

05.03-pistorius-proces
Du côté du procureur, on est loin, très loin de cette vision idyllique du couple. Pour lui, les deux amants, dont la jeune relation était tumultueuse car Oscar était un être égoïste qui humiliait régulièrement Reeva, se sont violemment disputés cette nuit-là, alors que la porte du balcon était ouverte.  Reeva a couru chercher refuge dans les toilettes en criant, emportant son téléphone portable, et il a délibérément tiré sur la porte derrière laquelle elle se trouvait.                 

"En fait, vous saviez que Reeva était derrière la porte, et vous avez tiré sur elle. C'est la seule chose plausible", a tonné le procureur, vendredi, au terme d'une éprouvante matinée de contre-interrogatoire, avant de demander un ajournement du procès jusqu'à lundi.

Un grand silence avait plané quelques minutes plus tôt sur le tribunal de Pretoria, quand Gerrie Nel a demandé au champion : "Etes-vous sûr, M. Pistorius, que Reeva n'a pas crié après le premier coup de feu?". Ménageant ses effets, Gerrie Nel a expliqué comment il trouvait "très improbable" l'histoire racontée par Pistorius.

Ce qui ne colle pas dans ses explications

Des restes de nourriture. Le procureur s’appuie sur plusieurs éléments qui ne collent pas avec les explications de l’athlète. Oscar Pistorius affirme que Reeva n'avait rien mangé depuis leur dernier dîner. Elle aurait donc dû avoir terminé sa digestion - six heures maximum - alors que les médecins légistes ont trouvé des traces de légumes et du fromage dans son estomac. Un expert estime qu'elle a mangé vers 1heure du matin.

11.04-gerrie-Nel

De quel côté dormait Reeva ? La question peut sembler accessoire mais elle a son importance. L'athlète aurait dû s'apercevoir que Reeva n'était plus dans leur lit, selon le procureur, qui note que Reeva dormait côté balcon, et que, si elle s'est levée, elle est forcément passée tout près de Pistorius.  Il ne l'a pas entendue se lever, alors qu'il a entendu la fenêtre de la salle de bain.

Le procureur s'étonne qu'il n'ait pas dit alors "Reeva, n'as-tu pas entendu ça?", puisqu'elle était visiblement réveillée. Après avoir affirmé qu'il avait "chuchoté" à Reeva d'appeler la police, il a dit vendredi qu'il n'avait pas chuchoté, mais lui avait "parlé doucement".

L’obscurité était-elle totale ou non ? Pistorius affirme avoir crié, avant de faire feu, à l'adresse du supposé cambrioleur, lui demandant de sortir de la maison. Comment expliquer alors que Reeva, qui était aux toilettes, n'ait pas répondu pour signaler sa présence ? Il a dit que "ses yeux allaient alternativement de la fenêtre (de la salle de bain) à (la porte des) toilettes" quand il a tiré, ajoutant que l'obscurité n'était pas complète. Dans la mesure où il n'y a pas de porte entre la chambre et la salle de bain, l'obscurité n'a sans doute pas pu être complète dans la chambre.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

AUDIENCE - Les sanglots de Pistorius

VIDÉO - Pistorius épuisé, l’audience renvoyée

TÉMOIGNAGE - Pistorius, un homme qui faisait "parfois peur"