La Russie annonce la fin de son retrait en Syrie d'ici 2 ou 3 jours

  • A
  • A
La Russie annonce la fin de son retrait en Syrie d'ici 2 ou 3 jours
L'armée russe va achever le retrait du gros de son contingent de Syrie d'ici "deux à trois jours".@ STRINGER / AFP
Partagez sur :

L'armée russe a annoncé jeudi qu'elle allait achever le retrait du gros de son contingent de Syrie d'ici "deux à trois jours".

La Russie va achever le retrait du gros de son contingent de Syrie, ordonné par le président Vladimir Poutine, d'ici "deux à trois jours", a annoncé jeudi le commandant des forces aériennes russes, Viktor Bondarev.

Retrait d'avions et d'hélicoptères. "Je pense que tout sera fini très rapidement (...). D'ici deux à trois jours, nous aurons exécuté la mission fixée" par Vladimir Poutine et le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a déclaré le général Bondarev au quotidien populaire Komsomolskaïa pravda. Il s'agit notamment du retrait d'avions et d'hélicoptères, a-t-il ajouté, en refusant de préciser combien d'aéronefs rentraient en Russie et combien restaient déployés en Syrie. La Russie avait déployé une cinquantaine de bombardiers, avions d'attaque au sol et hélicoptères en Syrie qui ont effectué des milliers de raids aériens.

Mission "accomplie". Le chef de l'Etat russe avait annoncé lundi soir, à la surprise générale, que la tâche de ses forces armées en Syrie avait été "globalement accomplie" et ordonné le retrait de la majeure partie du contingent russe. Les premiers pilotes et leurs avions avaient quitté mardi la base aérienne de Hmeimim, dans le nord-ouest de la Syrie, et étaient arrivés en Russie sous les vivats de leurs proches et avec les félicitations des responsables militaires. Un deuxième groupe est arrivé mercredi. Moscou procédait depuis le 30 septembre à des frappes aériennes en Syrie en soutien aux forces du président Bachar al-Assad.

La Russie garde toutefois des installations et des hommes sur place, notamment sur la base aérienne de Hmeimim, pour surveiller le respect du cessez-le-feu, entré en vigueur le 27 février, et pour continuer de frapper des "objectifs terroristes" en Syrie.