La navigatrice sauvée par des Français

  • A
  • A
La navigatrice sauvée par des Français
@ Capture écran CNN
Partagez sur :

Abby Sunderland avait déclenché sa balise de détresse dans la nuit de jeudi à vendredi.

Plus de peur que de mal... Une jeune navigatrice américaine de 16 ans, engagée dans un tour du monde à la voile en solitaire à bord du Wild Eyes et en perdition dans le sud de l'océan Indien, a été secourue samedi par des pêcheurs français. L'Australie a également fourni une assistance aérienne.

L'opération de sauvetage s'est déroulée à 3.700 km des côtes occidentales de l'Australie. L'Australie, les Etats-Unis et la France ont mobilisé plusieurs navires et un avion pour les opérations de recherches. Le bateau de pêche avec à son bord Abby Sunderland va se diriger vers les îles françaises Kerguelen. La jeune navigatrice va être conduite ensuite à l'île française de La Réunion, a précisé la préfecture. Elle devrait y être d'ici une dizaine de jours.

"Elle était contente de nous voir" :

Des secours aériens et maritimes avaient été déclenchés jeudi pour retrouver le voilier de 12 mètres. Abby Sunderland avait déclenché sa balise de détresse dans la nuit de jeudi à vendredi depuis une zone située dans les Terres australes et antarctiques françaises, à 3.000 km au sud-est de l'île de la Réunion.

"Elle va très bien", a déclaré son père, Laurence Sunderland, lors de l'émission "Today Show" de NBC, après une brève conversation téléphonique avec sa fille samedi. "Je pense qu'elle est soulagée de se trouver à bord du bateau venu la secourir", a-t-il ajouté. "Je lui ai demandé si elle était blessée. Elle a été un peu secouée mais je ne pense pas qu'il y ait quoi que ce soit de grave", a pour sa part déclaré Marianne Sunderland, la mère de l'adolescente.

Une météo difficile

Le père de la jeune aventurière, a raconté au blogueur Pete Thomas qu'il était en train de parler à sa fille au téléphone, jeudi matin, lorsque la connexion avait été brusquement été interrompue. Le navire d'Abby Sunderland a démâté jeudi à mi-chemin entre l'Afrique et l'Australie après avoir été pris dans une tempête.

Un périple critiqué

Dans un billet rédigé sur son blog mercredi, la jeune aventurière disait avoir traversé plusieurs jours d'intempéries et avoir dû rapiécer l'une de ses voiles. Elle disait se préparer à affronter une météo difficile, s'attendant à des vents soufflant par rafales "jusqu'à 60 noeuds", soit environ 110 km/h.

Abby Sunderland voulait réussir son voyage :

Son périple autour du monde avait été critiqué dans les milieux maritimes américains qui jugeaient son itinéraire trop risqué, notamment la traversée de l'océan Indien, cela en plein hiver austral. Le 15 mai dernier, une jeune Australienne de 16 ans, Jessica Watson, avait été accueillie en héroïne dans son pays après un tour du monde en 210 jours, effectué à peu près dans les mêmes conditions.