La mort de Najim Laachraoui éteint la filière des commandos de Paris

  • A
  • A
La mort de Najim Laachraoui éteint la filière des commandos de Paris
Mohamed Abrini et Najim Laachraoui@ DR
Partagez sur :

Au cours des derniers mois, la quasi totalité des membres de cette filières se sont fait exploser, ont été tués ou arrêtés.

La filière des attentats du 13 novembre est-elle morte ? Les trois kamikazes de l'aéroport et du métro de Bruxelles ont été identifiés, il s'agit des deux frères El Bakraoui et de Najim Laachraoui, déjà impliqués dans les attentats de Paris en novembre. La disparition de ces trois individus marquerait donc la fin de la filière des attentats du 13 novembre.

Un membre encore en fuite. La capacité à frapper de cette cellule est en effet extrêmement réduite depuis quelques jours. Parmi tous les terroristes identifiés, seul un est encore fuite, Mohamed Abrini. Il n'est d'ailleurs pas considéré comme le plus dangereux et ne semble pas faire partie des logisticiens. Le risque le plus important serait donc qu'il soit en possession d'une bombe et qu'il décide de se faire exploser pendant sa cavale.

De nombreux morts ces derniers mois. Au cours des derniers mois, l'essentiel des membres de la cellule sont morts. La plupart se sont fait exploser dans des attentats suicides : neuf à Paris et trois à Bruxelles. Le chef de la filière avait lui été abattu la semaine dernière à Bruxelles et les trois logisticiens, dont Salah Abdeslam, ont été arrêtés ou sont morts. Najim Laachraoui, très vraisemblablement le second coordinateur des attentats, est mort dans les attentats de Bruxelles.

Un soulagement. La mort de ce dernier, considéré comme le membre le plus dangereux du réseau, marque un soulagement pour les services de renseignement français. Il était en effet à la fois capable de préparer les attentats, de les diriger à distance avec beaucoup de méthode et était capable de fabriquer des engins explosifs et de les assembler. Il n'était par ailleurs pas un nouveau venu puisque son nom apparaît pour la première fois en 2009 lors d'un attentat au Caire contre des lycéens français.