La ministre espagnole qui fait des bulles

  • A
  • A
La ministre espagnole qui fait des bulles
@ EUROPE 1
Partagez sur :

LES HISTOIRES D'@ - "J’ai obtenu 5390 points à Bubble Shooter", pouvait-on lire sur son compte.

Allez, avouez-le. Il n’y a rien de plus énervant, quand on traîne sur les réseaux sociaux, que de voir apparaître sur le compte de ses amis, des gens pourtant bien, leur dernier score à Farmville ou Angry Birds. Qu’ils jouent d’accord, mais qu’ils restent discrets ! Et ce qui est arrivé à la ministre de l’Emploi en Espagne devrait finir de les convaincre de faire profil bas à l’avenir. Et de surveiller un peu mieux qui joue avec leur smartphone au passage…

Espagne=crise. L’équation inquiète tous les Européens et Mariano Rajoy, le Premier ministre espagnol, a dû prendre la parole dimanche matin pour annoncer à ses concitoyens que son pays allait bénéficier d’un plan d’aide de 100 milliards d’euros. Au même moment, avec son smartphone, sa ministre de l’Emploi tweetait : « J’ai obtenu 5390 points à Bubble Shooter Adventures. Tu peux faire mieux ? »

>> Pour info, pour gagner à Bubble Shooter Adventures, il faut dégommer le plus de ballon de couleurs possible. Un jeu gratuit, tient à préciser le très sérieux El Mundo.

 

Évidemment, le tweet de Fatima Banez, qui pèse un peu plus de 13.000 abonnés, n’a pas tardé à devenir le sujet numéro 1 de discussion sur Twitter dimanche. Reléguant les annonces de Mariano Rajoy dans les abysses du web. Et faisant même oublier la précédente polémique sur le voyage du Premier ministre espagnol à l’Euro pour ne surtout pas rater le match Espagne-Italie, c’est pour dire.

Une heure plus tard pourtant, le fameux tweet « à bulles » avait disparu du compte officiel de Fatima Banez. Remplacé par un premier message : « le tweet précédent a été effacé parce qu’il ne provenait pas de la ministre ou de son équipe ». Puis, un second message, à la tournure sémantique pour le moins tarabiscotée : « une espièglerie enfantine a fait que le message s’est créé de façon automatique sur ce compte ».

Vérification faite, il s’avère que Fatima Banez, originaire d’Andalousie, est bien la mère de deux adorables enfants de cinq et huit ans, avec qui elle prend le petit-déjeuner le matin et dîne le soir, après sa journée au ministère, parce que cette femme politique, décrite par les médias espagnols comme un modèle de discrétion, ne « veut pas rater une étape de leurs vies ». Ça sent la leçon les yeux dans les yeux sur les dangers d’Internet avant d’aller se coucher.