La mimolette menacée aux États-Unis ?

  • A
  • A
La mimolette menacée aux États-Unis ?
Sur Internet, la résistance s'organise après le blocage de la mimolette sur le sol américain.@ CAPTURE ECRAN Isigny Sainte-Mère
Partagez sur :

Les dernières importations du fromage français sont bloquées depuis plus d’un mois aux frontières.

L’info. Y aura-t-il un incident diplomatique fromager entre Paris et Washington ? Des importations de mimolette française sont retenues depuis plus d’un mois à la frontière américaine. Une situation dénoncée par l’importateur français, qui dit n’avoir reçu aucune explication logique.

500 tonnes de mimolette bloquées. La Food and Drug Administration (FDA) retient plus de 500 kilos de mimolette dans un entrepôt du New Jersey, sur la côte est des États-Unis, assure Benoît de Vitton, de l’entreprise normande Isigny Sainte-Mère. L’an dernier, il a pourtant envoyé 60 tonnes de mimolette dans le pays, sans problème. "Depuis début mars, les inspecteurs de la FDA nous donnent du fil à retordre", relève Benoît de Vitton, ajoutant : "nos mimolettes ne passent pas les analyses".

Des "mites" dans le fromage. Le problème serait dû à des "mites à fromage". D’après la FDA, ces cirons, sortes d’acariens microscopiques cultivés sur la croûte pour affiner ce fromage qui se déguste plus ou moins vieilli, seraient allergènes. Sauf qu’ils ont toujours été présents dans les fromages, sans que cela ne fasse tiquer les Américains. L’entreprise normande assure n’avoir eu aucune explication, ni aucune information sur un taux de mites autorisé dans le fromage. Du côté de la FDA, on assure toutefois qu’il n’y a "pas d’interdiction de la mimolette aux États-Unis".

save the mimolette capture facebook

"Save the mimolette". En attendant un déblocage de la situation, la résistance s’organise : sur son blog, une Française expatriée en appelle carrément à Lafayette et évoque une véritable "tragédie". "Le fromage est fabriqué et consommé depuis des siècles, sans causer plus de dommages que quelques kilos en plus pour ceux qui l’aiment trop", note-t-elle, ironique. Un autre blogueur explique de son côté qu’aux États-Unis, il est plus facile d’acheter une arme que du fromage. Sur Facebook, une page a été créée. Intitulée "Save the mimolette" (Sauvons la mimolette), elle fait l’apologie d’un programme simple : "laissez-nous manger du fromage qui pue !". La cause n’a pour l’instant convaincu que quelque 500 internautes.