La mimolette, fromage trop "sale" pour les Américains

  • A
  • A
La mimolette, fromage trop "sale" pour les Américains
@ CAPTURE ECRAN Isigny Sainte-Mère
Partagez sur :

Jugées "impropres à la consommation", 1.500 kilos de fromage bloqués aux douanes vont être détruits.

L’info. Depuis trois mois, la Food and Drug Administration bloque toutes les importations de mimolette. Le fromage est jugé "impropre à la consommation" par les douanes américaines et 1.500 kilos de fromage vont être détruits. Un coup dur pour l'entreprise bretonne Isigny.

Un fromage "sale". Pour la FDA, la mimolette, née au 17ème siècle pour concurrencer le gouda hollandais, est un fromage "sale", "recouvert d'une substance putride" bref "impropre à la consommation". Le problème pour les Américains, ce sont les mites à fromage qui seraient "allergènes". Or ce sont elles qui rongent la croute de la mimolette pour aérer le fromage et lui donner sa saveur particulière.

2.500 points de vente plus approvisionnés. Isigny a tout essayé pour déjouer les réticences américaines y compris raboter les croûtes sur un tour à bois. Sans succès. Voilà donc trois mois que les 2.500 points de vente de l'entreprise aux Etats-Unis ne seront plus livrés : ce sont des centaines de milliers d'euros qui s'envolent.  Pourtant, regrette Stéphane Plessis, responsable export pour les fromages chez Isigny, de passage à New York pour le salon "Summer Fancy food show", "aucune étude ne prouve que les mites (de fromage) sont allergènes". "Elles sont présentes naturellement dans toutes les caves d'affinage, ajoute-t-il. Et de toute façon, personne ou presque ne mange la croûte".

La destruction de la mimolette bloquée. Pour Benoît de Vitton, responsable aux Etats-Unis de l'entreprise, qui souligne que rien n'a changé dans leur fabrication depuis des années, c'est une "volonté précise, délibérée de l'administration américaine de bloquer les fromages avec des mites". Prolaidis, les Fromages du Moulin, César Losfled, et la Société fromagère de Bouvron ont tous été récemment frappés du même refus. Pour les mêmes raisons. Isigny, qui a suspendu ses exportations, va donc le coeur gros ordonner la destruction des 1.500 kg de mimolette bloqués en douane. "On ne peut même pas les approcher", souligne Benoit de Vitton.

"Décroûter le fromage". L'entreprise, qui avait vu progresser ses ventes de mimolette de 40% l'an dernier aux Etats-Unis, ne s'avoue pas pour autant vaincue. Les normes de la FDA en terme de mites sont "inatteignables", selon son directeur export. Isigny réfléchit donc désormais à "décroûter le fromage à hauteur de 10 à 15% du poids total, pour retirer la croûte naturelle, et ensuite le placer dans des bains de cire". En espérant qu'ainsi, le fromage, dont le processus d'affinage ne changera pas, pourra passer le contrôle de la FDA.

"Save the mimolette". En attendant un déblocage de la situation, la résistance s’organise : sur son blog, une Française expatriée en appelle carrément à Lafayette et évoque une véritable "tragédie". "Le fromage est fabriqué et consommé depuis des siècles, sans causer plus de dommages que quelques kilos en plus pour ceux qui l’aiment trop", note-t-elle, ironique. Un autre blogueur explique de son côté qu’aux États-Unis, il est plus facile d’acheter une arme que du fromage. Sur Facebook, une page a été créée. Intitulée "Save the mimolette" (Sauvons la mimolette), elle fait l’apologie d’un programme simple : "laissez-nous manger du fromage qui pue !". La cause a déjà convaincu près de 2.500 internautes.