La maison de Jefferson, une "déclaration d’amour à la France"

  • A
  • A
La maison de Jefferson, une "déclaration d’amour à la France"
@ MAXPPP
Partagez sur :

VISITE GUIDÉE - Barack Obama et François Hollande visitent lundi un lieu emblématique de la relation franco-américaine.

LE LIEU. Pour accueillir François Hollande, Barack Obama n’aurait pas pu choisir un lieu plus emblématique. Le président français visite lundi la maison de Thomas Jefferson en compagnie de son homologue américain, qui lui a déroulé le tapis rouge pour sa visite d’État aux États-Unis. Dans la demeure du troisième président américaine, très francophile, plusieurs passages obligés : la bibliothèque, les cuisines, sans oublier la cave, remplie de grands crus. Autant d’occasion pour les deux chefs d’État d’évoquer l’"histoire partagée" de leurs pays.

La maison de Thomas Jefferson, 400, e1default

Un "petit château" de briques rouges. Nicole Bacharan, spécialiste des États-Unis et consultante pour Europe 1, a déjà visité ce lieu où "on a l’impression que tout est absolument idéal". La maison de Thomas Jefferson se situe à Monticello, à quelque 200 km de Washington. Ce "petit château" a été "construit, transformé et agrandi pendant 40 ans" par Jefferson, auteur de la déclaration d’Indépendance des États-Unis en 1776, président de 1801 à 1809, et francophile notoire.

>> A LIRE AUSSI - Comment Hollande est perçu aux États-Unis

Un "amoureux de la France". Ambassadeur de la jeune nation américaine à Paris pendant cinq ans, peu avant la Révolution de 1789, Thomas Jefferson est en effet "tombé amoureux de la France", où "tout lui plaisait : l’architecture, le goût pour les sciences, la littérature, la peinture, la musique, la mode, la cuisine…", détaille Nicole Bacharan. A tel point que lorsqu’il est rentré aux États-Unis, "le département d’État a protesté car son déménagement coûtait extrêmement cher"… Et pour cause, car Thomas Jefferson ramenait de Paris pas moins de 86 caisses pleines de mobilier, d’argenterie et de tissus français pour sa résidence, dont il a fait une "déclaration d’amour à la France".

Un aperçu en vidéo de la maison de Thomas Jefferson :

Des portraits de Voltaire et La Fayette. Lundi, après un trajet effectué à bord d’Air Force One, l’avion présidentiel américain, François Hollande et Barack Obama vont donc découvrir ensemble ce "haut lieu de la démocratie américaine et de l’entente franco-américaine". Le locataire de la Maison-Blanche s’est dit "heureux" de visiter la demeure de son illustre prédécesseur, où il n’a, lui non plus, encore jamais mis les pieds. A Monticello, François Hollande ne devrait en tout cas pas être dépaysé par les ouvrages français de la bibliothèque, les portraits de Voltaire et du marquis de La Fayette ou encore les meubles et instruments de musique, provenant de France pour la plupart. Barack Obama et lui iront aussi sans doute à la cave, très connue : "Jefferson a bu pas mal de son vin, mais la tradition a été gardée d’y conserver beaucoup de très bons vins".

Un livre ayant appartenu à Thomas Kefferson, 460, e1default

>> A LIRE AUSSI - Les États-Unis déroulent le tapis rouge à Hollande

Une discussion informelle au programme. Pour les deux présidents, cette visite est l’occasion de discuter de façon plus informelle et plus personnelle. "Ce n’est pas là qu’ils vont aborder les grands sujets de politique", souligne Nicole Bacharan. Le Moyen-Orient, l’Afrique, l’Ukraine, l’Iran… : tous ces dossiers seront abordés mardi, dans le bureau ovale de la Maison-Blanche. A Monticello, en revanche, "on peut imaginer quelque chose de plus décontracté". Et puis les deux hommes vont aussi faire plus ample connaissance en tête à tête. Car jusqu’ici, François Hollande et Barack Obama n’ont discuté que dans des cadres formels, entourés d’autres chefs d’État, ou au téléphone, avec l’aide d’interprètes.

>> SUR LE MÊME SUJET :

TRIBUNE - Une "Alliance transformée" entre Obama et Hollande

IMAGE - Comment Hollande est perçu aux États-Unis

L'INFO POLITIQUE - Aux Etats-Unis, Hollande va draguer les patrons

A LA UNE - "Yes, we can faster", assure Hollande au Time