La lumière et Einstein pris de vitesse ?

  • A
  • A
La lumière et Einstein pris de vitesse ?
Des chercheurs pensent avoir mesuré une particule dépassant la vitesse de la lumière, pourtant considérée comme une "limite infranchissable".@ MaxPPP
Partagez sur :

C'est toute la physique moderne qui pourrait être remise en cause par une récente découverte.

"Totalement inattendu", "étonnant"... les physiciens n'en croyaient pas leurs instruments, mais ils pensent bien avoir mesuré une particule dépassant la vitesse de la lumière, pourtant considérée comme une "limite infranchissable" dans la théorie d'Einstein.

Les neutrinos vont plus vite que la lumière

Selon les mesures effectuées par les spécialistes de l'expérience internationale Opera, des neutrinos - particules élémentaires de la matière - ont parcouru les 730 km séparant les installations du Centre européen de recherches nucléaires (CERN) à Genève du laboratoire souterrain de Gran Sasso (Italie) à une vitesse de 300.006 kilomètres par seconde, soit 6 km/s de plus que la vitesse de la lumière.

Et il ne s'agit pas d'un exploit unique : les résultats publiés par le CERN et le CNRS sont le fruit de trois ans de données et de l'observation de plus de 15.000 neutrinos, avec une marge d'erreur record de seulement 10 milliardièmes de seconde.

Des vérifications sont prévues

Les scientifiques internationaux ont traqué la moindre faille dans leur expérience sans parvenir à un résultat différent : les neutrinos semblent bel et bien avoir voyagé plus vite que la lumière, défiant du même coup la théorie de la relativité d'Einstein !

"Si on touche à la vitesse de lumière, le monde tel que nous le connaissons va changer", estime Alain Cirou. "Le mètre sur terre, le temps des horloges sont dépendants de la vitesse de la lumière", explique-t-il. "On va voir fleurir de nouvelles théories d'explication du monde", ajoute-t-il.

Un impact considérable

"Compte tenu de l'énorme impact qu'un tel résultat pourrait avoir pour la physique, des mesures indépendantes s'avèrent nécessaires afin que l'effet observé puisse être réfuté ou bien formellement établi", souligne le CNRS.

Pour cette raison, les chercheurs de la collaboration Opera ont souhaité ouvrir ce résultat à un examen plus large de la part de la communauté des physiciens et l'ont publié. Car si la mesure est confirmée, ses implications défient encore la compréhension.