La guerre des semelles rouges

  • A
  • A
La guerre des semelles rouges
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le chausseur de luxe Christian Louboutin accuse la maison Yves Saint Laurent de copier sa fameuse semelle.

C'est l'histoire d'une petite chaussure, adorée par le tout Hollywood, qui sème la zizanie ente deux stars des escarpins. Christian Louboutin accuse Yves Saint Laurent d'avoir copié ce qui fait son succès : la semelle carmin. Le premier a donc décidé de traîner le second devant un tribunal new-yorkais pour "violation de marque commerciale" et "concurrence déloyale".

Inspiré par le vernis de son assistante

Depuis 1992, la semelle rouge est la marque de fabrique des escarpins Louboutin. La légende veut que le chausseur ait eu l'idée de colorer ses semelles grises ou noires avec le vernis à ongles de son assistante. Une identité visuelle défendue bec et ongle par son créateur. "La couleur vive sur la semelle de l'escarpin est censé provoquer un séduisant "flash rouge" quand la femme marche dans la rue ou sur le tapis rouge d'une cérémonie", écrit Christian Louboutin dans son dossier de plainte.

Et ça marche. En quelques années, Louboutin est devenu la référence parmi les grandes chausseurs. Pas un tapis rouge, pas une cérémonie, pas un défilé de mode sans escarpins aux semelles carmin. Dans les films aussi, on marche en Louboutin : la marque crève l'écran dans Sex and the City 2. Christian Louboutin cite même dans le dossier une liste de célébrités adeptes de ses escarpins. Un véritable "who's who" des fashionistas qui va des actrices de Gossip Girl à celles de Desperate Housewives en passant par celles de... Sex and the City.

"La déception des acheteurs"

Pour protéger sa semelle fétiche, Christian Louboutin avait déposé un brevet aux Etats-Unis. Il attaque donc Yves Saint Laurent, arguant que "l'utilisation de semelles rouges, pratiquement identiques à celles du plaignant, peut provoquer et provoque la confusion, l'erreur et la déception des acheteurs".

Christian Louboutin reproche à Yves Saint Laurent d'avoir vendu dans plusieurs points de vente aux Etats-Unis des chaussures à semelles rouges. Une pratique dont il dit avoir eu connaissance en janvier dernier. Louboutin affirme avoir demandé plusieurs fois à la maison de couture de cesser de vendre de tels souliers, sans succès.