La grosse gaffe de Gordon Brown

  • A
  • A
La grosse gaffe de Gordon Brown
@ REUTERS
Partagez sur :

Le Premier ministre britannique a traité de "sectaire" une femme avec qui il venait de discuter.

Le moment est particulièrement peu propice à une telle polémique pour Gordon Brown. A une semaine des élections générales en Grande-Bretagne, qui s’annoncent difficiles pour son parti, le Labour, le Premier ministre britannique a commis une grosse bourde mercredi. Alors qu’il venait de dialoguer avec une veuve, entouré de caméra, le leader travailliste est remonté dans sa voiture, oubliant que son micro-cravate continuait d’enregistrer sa conversation.

Regardez la gaffe de Grodon Brown :

"Juste une espèce de sectaire"

"C'était une catastrophe, ils n'auraient jamais dû m'organiser une rencontre avec cette femme. C'est une idée de qui? C'est tout simplement ridicule", lâche-t-il à l’un de ses collaborateurs. "C'était juste une espèce de sectaire". Il faut dire que Gordon Brown avait été pour le moins malmené par Gillian Duffy, 66 ans, qui n’avait pas hésité à interrompre son prestigieux interlocuteur pour lui dire sa frustration face à l'action du gouvernement.

En quelques heures, les images et le son ont fait le tour du royaume. L’inconnue Gillian Duffy devient une célébrité. "Je suis très déçue", s'insurge-t-elle, demandant des excuses de l'intéressé. "C'est quelqu'un d'instruit, pourquoi a-t-il ce genre de mots?" Et cette militante travailliste de toujours d’affirmer qu’elle s’abstiendrait lors du prochain scrutin.

"Je suis mortifié"

Conscient que cette gaffe pourrait lui faire perdre plus qu'une électrice, Gordon Brown a tout fait pour se faire pardonner. D'abord sur les ondes de la BBC, puis en appelant personnellement Gillian Duffy. Et finalement en se rendant directement dans la modeste maison de l’intéressée, où il est resté une quarantaine de minutes. "Je viens de parler à Gillian, je suis mortifié par ce qui s'est passé. Je suis un pécheur repentant", a déclaré à la sortie ce fils de pasteur presbytérien.

L'opposition n’a pas tardé à profiter de l’aubaine. "Nous avons découvert ce que pense vraiment le Premier ministre", a commenté le porte-parole des Tories pour les finances, George Osborne. "Je crois que ça se passe de commentaire et que le Premier ministre va devoir donner pas mal d'explications". "Si on répond aux questions des gens", a renchéri le chef des libéraux-démocrates Nick Clegg, "il faut le faire avec respect et quoi qu'on pense d'eux, ne pas les insulter".

Au plus mauvais moment

Cette affaire tombe au plus mauvais moment pour Gordon Brown. Distancé dans les sondages, le Premier ministre comptait sur le débat de jeudi, consacré à l'économie, pour faire valoir son expérience face aux "novices" que sont à ses yeux le chef des conservateurs David Cameron et son alter ego Lib Dem Nick Clegg.

La gaffe risque en outre de relancer les spéculations sur la véritable nature du chef du gouvernement. Dépeint dans un récent livre politique comme un homme colérique, voire tyrannique, derrière des apparences bonhommes, il a tout fait pour présenter un visage plus avenant en cours de campagne.