La Grande-Bretagne, le Danemark et la Belgique dans la coalition anti-Etat islamique

  • A
  • A
La Grande-Bretagne, le Danemark et la Belgique dans la coalition anti-Etat islamique
La Grande-Bretagne rejoint la coalition militaire internationale qui lutte contre l'Etat islamique.@ REUTERS
Partagez sur :

LE VOTE - Les députés britanniques ont donné leur feu vert à des frappes contre l'Etat islamique en Irak. La Belgique et le Danemark rejoignent aussi la coalition.

L'issue du vote ne faisait pas de doute. Les députés britanniques réunis en session extraordinaire ont adopté vendredi après-midi, à une très large majorité, une motion du gouvernement autorisant le recours aux frappes aériennes en Irak contre le groupe Etat Islamique (EI). La Grande-Bretagne rejoint donc officiellement la coalition militaire internationale qui lutte, sous la houlette des Américains, contre le groupe extrémiste sunnite. Le Danemark et la Belgique ont fait de même vendredi.

>> LIRE AUSSI - La France poursuit ses frappes en Irak

"Aucun soldat britannique dans les zones de combat". La motion, adoptée par 524 députés, avec 43 voix contre, autorise "l'usage des frappes aériennes" dans le cadre d'un soutien requis par le gouvernement irakien et stipule que Londres "ne déploiera aucun soldat britannique dans les zones de combat".

Six chasseurs-bombardiers. Vendredi matin, le ministre des Affaires étrangères, Philip Hammond, avait indiqué que six chasseurs-bombardiers Tornado de la Royal Air Force, basés à Chypre, contribueraient aux raids de la coalition en cas de vote positif. Les six appareils, équipés de bombes guidées laser et de missiles, effectuent déjà des opérations de surveillance et sont désormais susceptibles d'entrer très rapidement en action.

>> LIRE AUSSI - En Syrie, l'armée américaine bombarde l'EI

Cameron avait déminé le terrain. David Cameron, le Premier ministre, avait soigneusement déminé le terrain, en s'assurant, avant son introduction devant la Chambre des communes, du soutien du chef de l'opposition travailliste, Ed Miliband. Il tenait absolument à s'éviter un nouveau camouflet, après celui d'il y a treize mois, quand les députés avaient mis leur veto à des représailles militaires contre le régime syrien de Bachar al-Assad, accusé d'avoir eu recours à des armes chimiques.

>> LIRE AUSSI - Premières frappes françaises contre l'Etat islamique en Irak

La Belgique et le Danemark aussi. En Belgique, le Parlement a lui aussi donné son feu vert à l'intervention en Irak. Six avions de combat F-16 ont quitté le pays pour la Jordanie et pourraient intervenir dès samedi selon le ministre de la Défense. Le Danemark a de son côté annoncé vendredi le déploiement de sept F-16 en Irak pour participer à l'offensive.