La France veut s'ouvrir à la Chine

  • A
  • A
La France veut s'ouvrir à la Chine
@ REUTERS
Partagez sur :

COMMERCE - François Hollande a promis de lever "tous les freins" aux investissements chinois.

Reçu avec tous les égards par ses hôtes chinois, François Hollande a plaidé jeudi, au premier jour d'une visite de 37 heures à Pékin et Shanghai, pour un "rééquilibrage" des échanges commerciaux qui accusent selon lui un déficit "inacceptable" au détriment de la France. Et pour faire pencher la balance dans le "bon sens", le président français a assuré que "tous les obstacles, tous les freins" aux investissements chinois en France "seront levés", alors que son homologue Xi Jinping a souhaité de son côté une Europe plus ouverte.

Une visite essentiellement axée sur les échanges commerciaux, donc, au détriment des droits de l'Homme estiment certains. Le président François Hollande a "sacrifié les droits de l'homme au profit des intérêts économiques" a-t-il jugé jeudi un responsable du comité international de soutien au dissident Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix, emprisonné depuis 2009.

>> Europe1.fr fait le point sur les promesses d’ouverture annoncées par le chef de l’Etat français. 

Moins d’obstacles. "Nous espérons que la France travaillera à faciliter les investissements chinois" en Europe, lui avait dit le chef de l'Etat chinois auparavant dans son discours. "Tous les obstacles, tous les freins, toutes les procédures seront levées", lui a assuré en réponse François Hollande. "Nous sommes prêts à accueillir davantage d'investissements chinois en France", a-t-il insisté souhaitant que les entreprises chinoises en France créent davantage d'emplois en France au-delà des 11.000 qui l'ont déjà été.

Du donnant-donnant. Une réponse aux doléances chinoises sur le protectionnisme. De son côté, le président chinois a assuré également quelques efforts. "La Chine est prête à importer davantage de produits français", a déclaré Xi Jinping qui espère en retour que la France interviendra pour que "l'UE lève les restrictions à l'exportation sur les produits de haute technologie vers la Chine".

L’ouverture à de nouveaux domaines. Le président chinois a également révélé qu'au-delà "des domaines traditionnels du nucléaire, de l'aéronautique, de l'automobile", la coopération économique franco-chinoise avait commencé à s'étendre aux économies d'énergie et à la protection de l'environnement, à l'agroalimentaire, à la santé et à l'économie numérique. 

Le boom mondial des investissements chinois. Les déséquilibres entre les investissements français et chinois sont encore très marqués. Mais le président chinois a tenu à rassurer François Hollande. Au niveau mondial, les investissements chinois à l'étranger s'élèveront à 500 milliards de dollars, soit 385 milliards d’euros, au cours des cinq prochaines années, a rappelé Xi Jinping. L'an dernier, ces investissements s'étaient élevés à 77 milliards de dollars, soit 59 milliards d’euros, avec une progression de 28,6% sur un an. Donnant la mesure de l'importance présente et future de la deuxième économie mondiale, il a ajouté que plus de 400 millions de touristes allaient se rendre à l'étranger au cours des cinq années à venir.