La France va enquêter sur la mort d'Arafat

  • A
  • A
La France va enquêter sur la mort d'Arafat
La tombe de Yasser Arafat à Ramallah.@ REUTERS
Partagez sur :

Ouverte mardi par le parquet de Nanterre, l'information judiciaire fait suite à la plainte de sa veuve.

Mort le 11 novembre 2004 à l'hôpital militaire français de Percy, dans les Hauts-de-Seine, Yasser Arafat a-t-il été assassiné ? Une information judiciaire a été ouverte mardi par le parquet de Nanterre pour tenter de répondre à cette question. Trois juges d'instruction ont été désignés pour conduire l'instruction, selon les informations recueillies par Europe 1.

Souha Arafat veut savoir

A l'origine de cette enquête : la plainte contre X pour assassinat avec constitution de partie civile déposée le 31 juillet dernier, par Souha Arafat, la veuve du chef de l'Autorité palestinienne.

 
arafat

© REUTERS

Peu avant ce dépôt de plainte, la thèse d'un empoisonnement du leader de l'Autorité palestinienne avait refait surface le 3 juillet avec la diffusion d'un documentaire sur la chaîne arabe Al-Jazira. Il y apparaissait que l'Institut de radiophysique de Lausanne, qui a analysé des échantillons biologiques prélevés sur les effets personnels d'Arafat remis à sa veuve par l'hôpital français, y avait découvert "une quantité anormale de polonium", une substance radioactive hautement toxique.

La dépouille d'Arafat examinée ?

L'institut de radiophysique de Lausanne avait ensuite annoncé qu'il comptait examiner la dépouille de Yasser Arafat après le feu vert de sa veuve, afin de rechercher d'éventuelles traces de polonium.

 
arafat, femme, enterrement

© REUTERS

Les avocats de Souha Arafat et de sa fille Zahwa avaient alors estimé "que cet acte d'enquête doit être diligenté en collaboration avec la juridiction d'instruction française, régulièrement saisie, qui doit désigner un magistrat instructeur pour procéder aux investigations qui s'imposent".

Un rapport médical qui "collerait avec un empoisonnement"

Il n'y a jamais eu d'informations médicales claires sur les raisons de la mort du dirigeant palestinien mais mardi Slate.fr a publié le rapport d'hospitalisation français de Yasser Arafat.  On peut y lire que les symptômes ont commencé le 12 octobre, quatre heures après le repas du soir, "par une sensation de malaise avec nausées, vomissements et douleurs abdominales".

Interrogé par le site, le Pr Marcel Francis-Kahn, ancien chef du service de rhumatologie de l'hôpital Bichat à Paris, assure que le tableau clinique décrit "collerait très bien avec un empoisonnement par une des toxines de l'amanite phalloïde ou du cortinaire des montagnes".