Le Charles de Gaulle engagé dans la guerre contre l'Etat islamique

  • A
  • A
Le Charles de Gaulle engagé dans la guerre contre l'Etat islamique
@ AFP
Partagez sur :

IRAK - Le porte-avions Charles de Gaulle est désormais intégré dans l'opération militaire française contre le groupe Etat islamique.

Le Charles de Gaulle est désormais partie prenante de l'opération Chammal. Le porte-avions est engagé dans cette opération militaire menée depuis l'été dernier par la France contre l'avancée du groupe État islamique en Irak. "L'intégration du Charles de Gaulle dans l'opération Chammal débute ce matin", a déclaré un membre de l'entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, qui a rejoint le porte-avions à bord d'un hélicoptère. La campagne de bombardements vise à ralentir l'Etat islamique dans sa course en détruisant dépôts de munitions, véhicules et puits de pétrole, force de frappe financière du groupe djihadiste.

Les premiers Rafale ont décollé en début de matinée. Les premiers avions de chasse Rafale ont décollé en début de matinée du Charles de Gaulle, qui se trouve au nord de Bahreïn dans le Golfe, en direction de l'Irak. Ils devaient rejoindre leurs objectifs en une heure et demi de vol environ, soit deux fois moins que depuis la base d'Al-Dhafra, aux Émirats arabes unis, qui est utilisée par l'armée de l'air française. Le Charles de Gaulle, parti le 13 janvier de Toulon pour une mission d'environ cinq mois, sera engagé pendant plusieurs semaines dans le Golfe dans le cadre de la coalition internationale dirigée par les États-Unis. Le porte-avions poursuivra ensuite sa route vers l'Inde.

Doublement du dispositif français. Avec douze Rafale et neuf Super Étendard modernisés embarqués, il va plus que doubler le dispositif français dans la région, qui s'appuie sur neuf avions Rafale aux Émirats et six Mirage 2000D en Jordanie. Depuis la mi-septembre 2014, les avions de chasse français ont effectué une centaine de missions de reconnaissance et autant de missions de frappes en Irak, en appui des forces irakiennes et des peshmergas kurdes qui combattent l'EI sur le terrain, indique l'entourage du ministre.

Près de 2.000 marins. Le Charles de Gaulle, véritable base aérienne flottante, est accompagné d'un sous-marin nucléaire d'attaque, d'une frégate de défense anti-aérienne (Chevalier Paul) et d'une autre anti sous-marine (le bâtiment britannique Kent), ainsi que d'un pétrolier ravitailleur, soit quelque 2.700 marins embarqués, dont 2.000 pour le seul porte-avions. Au total, quelque 3.500 soldats français sont engagés dans Chammal, soit autant que dans l'opération Barkhane en Afrique, autre théâtre majeur sur le front antijihadiste.

>> LIRE AUSSI : La France et ses djihadistes, le phénomène en chiffres