La "difficile" semaine américaine

  • A
  • A
La "difficile" semaine américaine
@ Reuters
Partagez sur :

Attentat de Boston, rejet de la loi sur les armes, explosion au Texas… Europe1.fr fait le point.

"Dans l'ensemble, ça a été une dure semaine". L'aveu de Barack Obama lors de son conférence de presse dans la nuit de vendredi à samedi est un euphémisme au regard des événements qui ont secoué les Etats-Unis ces derniers jours. Europe1.fr revient sur les temps forts de la semaine.

Attentats à Boston (930x620)

© MAXPPP

Lundi : Boston plongée dans l'horreur

En ce jour férié du Patriots' Day, le marathon de Boston bascule en quelques secondes de la fête sportive à l'horreur. Deux bombes explosent à quelques mètres de la ligne d'arrivée, faisant trois morts et près de 180 blessés,

Mercredi : Un revers au Sénat et du poison par la Poste pour Obama

C'est un coup dur pour Barack Obama : le Sénat rejette la mesure phare sur les armes à feu promue par le président américain depuis la tuerie de l'école de Newtown, en décembre. Quatre élus du parti démocrate ont fait défection et rejoint les républicains pour voter contre un amendement qui aurait imposé des vérifications d'antécédents judiciaires et psychiatriques avant les achats d'armes sur Internet et dans les foires spécialisées.  "C'est un jour de honte pour Washington, mais les efforts vont continuer", a réagi le président américain.

 >> LIRE AUSSI : Armes à feu : sérieux revers pour Obama

Gabrielle Giffords, ex-élue de l'Arizona qui a miraculeusement survécu à une fusillade, écrit sur Twitter que "le Sénat a ignoré la volonté du peuple" et que "les électeurs sauront qu'ils (les élus) ont obéi au lobby des armes plutôt qu'à eux".



Le même jour, on apprend qu'une lettre suspecte contenant de la ricine a été adressée au président américain. La veille, un courrier également empoisonné avait été envoyé au sénateur du Mississippi Roger Wicker. Un suspect est interpellé le même jour. Son geste est sans lien avec les attentats de Boston. Ces derniers ne sont toujours pas revendiqués. En pleine confusion, des médias annoncent l'arrestation d'un suspect, avant d'être démentis par la police de Boston.

Les flammes ravagent l'usine d'engrais de West, à côté de Waco, au Texas.

© REUTERS

Jeudi : Une énorme explosion au Texas

Au Texas, à 32 km de Waco, des pompiers combattent un incendie dans une usine d'engrais lorsqu'une énorme explosion se produit. La déflagration, enregistrée comme un séisme de magnitude 2,1, souffle au moins 60 maisons et laisse un champ de ruines. La catastrophe fait au total 14 morts et 160 blessés

>> LIRE AUSSI : Texas : une explosion et des questions

Pendant ce temps, à Boston, le FBI diffuse sur Internet les photos des deux auteurs présumés de l'attentat. Dans la soirée, un policier est tué par balles sur le campus du MIT. Dans la nuit, un des suspects, Tamerlan Tsarnaev, est tué au cours d'une course-poursuite.

Vendredi : Boston bouclée, des questions en suspens

Boston est paralysée alors que se poursuit une gigantesque chasse à l'homme. Tous les transports en commun du grand Boston sont mis à l'arrêt, les écoles publiques fermées et les habitants priés de rester chez eux. Djokhar Tsarnaev, le deuxième suspect, est finalement retrouvé dans la nuit et transporté à l'hôpital dans un état grave.

>> EN IMAGES - Boston : une semaine sous haute tension

L'air grave, Barack Obama s'est exprimé peu après l'arrestation. "Il reste évidemment des questions sans réponses ce soir", a-t-il déclaré, s'interrogeant sur les motivations des deux suspects "qui ont grandi et étudié" aux Etats-Unis et sur les moyens dont ils disposaient pour commettre l'attentat.

Le président américain a aussitôt ajouté "nous ne vous oublions pas" à l'adresse des victimes de l'explosion de Waco. "Les Américains ont refusé de se laisser intimider par le terrorisme", a ajouté Barack Obama samedi, dans son discours hebdomadaire. "Et c'est ce que nous retiendrons finalement de cette semaine", a-t-il assuré.