La cote de popularité d'Obama tombe à 50%

  • A
  • A
La cote de popularité d'Obama tombe à 50%
Partagez sur :

Les sondés sanctionnent la politique économique et le projet de réforme du système de santé du président américain.

Deux cents jours après son élection, Barack Obama n’a plus la confiance que d’un Américain sur deux. La cote de popularité du président des Etats-Unis est tombée à 50%, selon un sondage réalisé par l’institut Quinnipiac, publié jeudi. Elle était de 57%, selon ce même institut, au début du mois de juillet.

Les Américains sont 50% à approuver l'action d’Obama – le taux le plus bas depuis son investiture – contre 42% qui la désapprouvent. "Le président est juste sur la ligne des 50% d'opinions favorables en raison des mauvais résultats de l'économie et des résultats encore plus mauvais de la réforme de la santé", note Peter Brown, de Quinnipiac, dans un commentaire accompagnant le sondage.

La politique économique de Barack Obama convainc 45% des sondés, contre 49% qui la désapprouvent. Son projet de réforme du système de santé fait face à une majorité de mécontents : 52% le désapprouvent contre 39%. En revanche, son approche de la politique étrangère est approuvée par 52% des personnes interrogées, contre 38% qui la désapprouvent.

Les adversaires républicains du président n’ont pas pour autant partie gagnée : 59% des sondés (contre 29%) désapprouvent la manière dont ils agissent au Congrès. Les électeurs sont également plus nombreux à faire confiance à Barack Obama qu'aux républicains pour améliorer la situation économique (47% contre 36%) et pour réformer le système de santé (46% contre 37%).

L’état de grâce n’aura finalement pas excédé six mois pour le premier président noir des Etats-Unis. Pire, un sondage Gallup publié le 21 juillet donnait à Barack Obama un taux de satisfaction de 55%... soit un point de moins que pour George W. Bush à la même période de son premier mandat.

Sondage réalisé du 27 juillet au 3 août auprès d'un échantillon de 2.409 Américains inscrits sur les listes électorales, avec une marge d'erreur de plus ou moins 2%.