La Corée du Nord doit "démontrer sa sincérité à négocier"

  • A
  • A
La Corée du Nord doit "démontrer sa sincérité à négocier"
Pyongyang a évoqué la possibilité de remettre en cause le face-à-face historique prévu mi-juin entre Donald Trump et Kim Jong Un.@ AFP
Partagez sur :

Selon le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, l'objectif de la rencontre entre Trump et Kim Jong Un ne doit pas être "perdu de vue". 

La Corée du Nord doit "démontrer sa sincérité à négocier sur sa dénucléarisation, a estimé mercredi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, après les menaces de Pyongyang d'annuler le sommet avec le président américain Donald Trump.

"Des hauts et des bas peuvent intervenir comme le montre l'actualité récente dans la péninsule mais nous ne devons pas perdre de vue l'objectif", a déclaré Jean-Yves Le Drian à l'occasion d'une rencontrer avec son homologue chinois Wang Yi. C'est "la dénucléarisation complète et vérifiable de la péninsule. La France attend par conséquent de la Corée du Nord la mise en oeuvre de l'ensemble de ses obligations internationales ainsi que des engagements précis pour démontrer sa sincérité à négocier un abandon progressif de ses programmes nucléaire et balistique", a-t-il ajouté.

Spectaculaire retour à la rhétorique traditionnelle nord-coréenne. Après des mois de rapprochement et de détente diplomatique, Pyongyang a opéré mercredi un spectaculaire retour à sa rhétorique traditionnelle, évoquant la possibilité de remettre en cause le face-à-face historique prévu mi-juin à Singapour entre Donald Trump et Kim Jong Un. Concernant l'Iran et après la décision américaine de dénoncer l'accord international sur le programme nucléaire de Téhéran, Paris et Pékin ont affiché leur volonté de coopérer.

La France entend demeurer dans l'accord sur le nucléaire iranien. L'accord"La Chine et la France sont parties à l'accord de Vienne, entendent le demeurer tant que l'Iran se conformera à ses obligations et c'est le cas", a déclaré le ministre français. "Nous estimons que la Chine et la France en tant que membres permanents du Conseil de sécurité (...) ont la nécessité de renforcer leur concertation et leur coopération stratégique" sur le dossier iranien, a déclaré Wang Yi. Depuis la dénonciation de l'accord de Vienne par Donald Trump, les autres parties tentent de le maintenir en vie. Le ministre iranien des Affaires étrangères a visité la Chine, la Russie, et Bruxelles où les Européens cherchent une solution. Ce devait être un des sujets d'un sommet européen réuni mercredi soir à Sofia.