La Chine, affamée de viande, lève un embargo vieux de 13 ans sur le bœuf américain

  • A
  • A
La Chine, affamée de viande, lève un embargo vieux de 13 ans sur le bœuf américain
La consommation de viande s'envole en Chine, notamment à cause de l'essor de la classe moyenne. Image d'illustration.@ GREG BAKER / AFP
Partagez sur :

Cet embargo avait été instauré en Chine suite à la découverte d'un cas de "vache folle" dans un élevage aux États-Unis. 

La Chine a annoncé jeudi la levée partielle de l'embargo qu'elle imposait depuis 2003 sur le bœuf américain, ouvrant aux éleveurs des États-Unis un marché où s'envole la consommation de viande, en pleine expansion mais très disputé. Échange de bons procédés : Washington, qui a salué le geste de Pékin, a accordé cette semaine son feu vert à une banque chinoise pour ouvrir une chambre de compensation en yuans à New York.

Un cas de "vache folle". Pékin avait entièrement banni il y a 13 ans les importations de bœuf américain après la découverte d'un premier cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) aux États-Unis. Mais les cas de "vache folle" paraissent lointains, et Washington assurait depuis des années que la viande américaine était redevenue "sûre".

Des classes moyennes gourmandes en viande. Le geste de Pékin intervient au moment où la consommation de viande s'envole dans la deuxième économie mondiale : l'essor de la classe moyenne y a modifié le régime alimentaire traditionnel et la viande importée d'Australie et du Brésil y connaît un grand succès. D'après des estimations distinctes du ministère américain de l'Agriculture (USDA), la consommation chinoise de bœuf et de veau devrait gonfler cette année de 3,4% à 7,59 millions de tonnes, excédant une production locale de 6,79 millions de tonnes. D'ici à 2025, il faudra 2,2 millions de tonnes de bœuf supplémentaires, dont 20% importés, pour satisfaire l'accroissement de la demande chinoise, juge de son côté la banque néerlandaise Rabobank. Déjà, les importations de bœuf explosent : cette année, la Chine devrait en importer 825.000 tonnes, soit un bond de 24% par rapport à 2015, anticipe l'USDA.

Répondre aux critères chinois. Désormais, l'importation en Chine de produits américains de viande de bœuf, désossée ou non, provenant d'animaux de moins de 30 mois, est à nouveau autorisée, a annoncé l'Administration pour le contrôle de la qualité, l'inspection et la quarantaine (AQSIQ). La décision est applicable immédiatement mais assortie de conditions, les produits carnés devant "répondre aux critères chinois de traçabilité, d'inspection et de quarantaine".