La Californie interdit les thérapies anti-gay

  • A
  • A
La Californie interdit les thérapies anti-gay
"Un kiss" devant un restaurant Chick-fil-A à Hollywood.@ Reuters
Partagez sur :

Le gouverneur reconnaît que ces pratiques ont conduit des gens à "la dépression ou au suicide".

C'est une première aux Etats-Unis. Un Etat –en l'occurrence la Californie-, va interdire, à partir du 1er janvier 2013, les thérapies controversées ayant pour but de remettre les jeunes homosexuels dans le "droit chemin" de l'hétérosexualité.

Ces méthodes "ont conduit des jeunes gens à la dépression et au suicide", a affirmé le gouverneur Jerry Brown sur Twitter après avoir signé cette loi au cours du week-end. "Ces pratiques n'ont aucun fondement scientifique ou médical, et elles seront désormais reléguées au statut d'actes de charlatans", a-t-il assuré.

 Des séances d'électrochoc ou des médicaments

gay california 930

© Reuters

Si comme le rappelle le New York Times, les méthodes les plus violentes de ces thérapies ont quasiment disparu (notamment des séances d'électrochoc ou des médicaments pour déclencher des nausées), des psychologues ou des religieux ont lancé dans plusieurs Etats des initiatives pour combattre l'orientation sexuelle. Il existe même, selon le journal américain, une association nationale de la recherche et thérapie sur l'homosexualité basée justement en Californie. Le magazine Têtu rapporte, de son côté, qu'il existe encore aux Etats-Unis, un programme  nommé "Courage" qui permet de mettre en place un protocole en douze étapes pour se "soigner". Comme pour les alcooliques anonymes...

Sur le site Rue89, un jeune garçon raconte comment au lycée, ses parents lui ont fait suivre une thérapie pour qu'il arrête d'aimer les garçons et qui a, dit-il, "bien failli me tuer".

La nouvelle loi de Californie interdit désormais que de telles "thérapies" soient pratiquées sur des jeunes en-dessous de 18 ans. Elle cite le principe selon lequel "être lesbienne, gay ou bisexuel n'est ni une maladie, ni un trouble mental ou une déficience".

Une pétition de 50.000 personnes

Les militants pour la défense des droits des homosexuels, très présents politiquement dans le Golden State, ont aussitôt exprimé leur satisfaction. Le groupe Trevor Project, qui apporte soutien et prévention au suicide au sein de la communauté LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transexuels), a félicité le gouverneur sur Twitter pour avoir signé un texte "protégeant la jeunesse LGBT de violences psychologiques".

Pour mener cette campagne, baptisée "Droits de l'homme", l'organisation avait fait parvenir au gouverneur californien une pétition signée par 50.000 personnes à l'approche de la date limite pour que la loi soit signée de sa main. "La jeunesse LGBT sera désormais protégée d'une pratique qui non seulement a été discréditée en tant que pseudo-science mais aussi a prouvé avoir de graves effets négatifs sur leur bien-être", a déclaré le leader de cette campagne, Chad Griffin, appelant au passage "tous les Etats" à suivre le même exemple que la Californie.