La bactérie mortelle était dans les graines germées

  • A
  • A
La bactérie mortelle était dans les graines germées
Ce sont des graines germées qui ont causé l'épidémie de diarrhées mortelles.@ REUTERS
Partagez sur :

Les autorités sanitaires ont levé l’alerte sur les concombres, tomates et salades crus.

La traque sur l'origine de la contamination par une bactérie mortelle en Allemagne a semble-t-il trouvé son épilogue. Ce sont des graines germées qui ont causé l'épidémie de diarrhées mortelles, provoquant la mort de 33 personnes en Europe, a annoncé vendredi le directeur de l'Institut fédéral de veille sanitaire (RKI), Reinhard Burger.

"Les personnes qui ont consommé des graines germées ont neuf fois plus de chances d'avoir des diarrhées sanglantes et d'autres signes d'infection par la bactérie Eceh que ceux qui n'en ont pas mangées", a indiqué Reinhard Buger. Il a également prévenu que "l'épidémie n'est pas terminée".

Une exploitation au coeur des soupçons

Les soupçons se concentrent désormais vers une exploitation du nord du pays qui produit des graines germées. "Pour l'instant, les indices s'accumulent, faisant penser que des graines germées d'une exploitation de Basse-Saxe pourraient être infectées", a indiqué vendredi la ministre de l'Agriculture allemande Ilse Aigner au Hamburger Abendblatt. Le paquet incriminé a été trouvé dans une poubelle d'une famille de Rhénanie, dont deux membres ont été malades. Les enquêteurs ont ensuite remonté la piste jusqu'à la ferme horticole suspecte.

Ce paquet se trouvait dans la poubelle d'une famille dont deux membres avaient été malades après avoir été infectés par la bactérie, a précisé le ministère de la Consommation de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest). Jusqu'ici, les analyses "multiples" autour de l'exploitation agricole biologique suspecte à Bienenbüttel (nord), n'avaient pas prouvé la présence irréfutable de la bactérie.

Le mal est fait

En revanche, comme des milliers d'analyses réalisées sur des tomates, des concombres et des salades se sont révélées négatives, l'alerte lancée le 25 mai en Allemagne contre ces aliments a été levée.

Mais le mal est fait. Car cette alerte a coûté déjà des centaines de millions d'euros aux agriculteurs européens. Rien que pour les Espagnols, les pertes sont chiffrées à quelque 200 millions d'euros par semaine. En Allemagne, le manque-à-gagner est évalué à 60 millions d'euros pour les agriculteurs du pays depuis le début de cette crise, selon la Fédération des agriculteurs allemands. L'Union européenne a proposé une aide de 210 millions d'euros pour soulager les agriculteurs touchés.