L'uranium iranien bientôt enrichi à l'étranger ?

  • A
  • A
L'uranium iranien bientôt enrichi à l'étranger ?
Partagez sur :

L'Agence internationale de l'énergie atomique propose que l'uranium iranien soit enrichi à l'étranger.

Le projet de faire enrichir l’uranium iranien à l’étranger est encore loin d’être finalisé. Si les Etats-Unis, la France et la Russie ont donné leur accord à une proposition de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) allant dans ce sens, il faudra patienter pour connaître la position de Téhéran. Téhéran devrait donner sa réponse au cours de la semaine prochaine. "Nous donnerons notre réponse la semaine prochaine", a indiqué vendredi Ali Asghar Soltanieh, représentant de l'Iran à l'AIEA, à la télévision iranienne.

Une réponse positive de l'Iran n'est pas certaine. Car vendredi encore, Téhéran a indiqué souhaiter "acheter du combustible pour son réacteur de recherche de Téhéran dans le cadre d'une proposition claire", selon un négociateur iranien cité par la télévision locale. "Nous attendons à présent d'avoir une réponse positive et constructive de l'autre partie à la proposition de l'Iran sur la livraison de combustible nucléaire pour le réacteur de Téhéran", a poursuivi l’homme. "Certains médias rapportent que certaines parties ont simplement donné une réponse positive à leurs propres propositions, ce qui est un comportement surprenant".

La proposition iranienne semble contredire le projet de l'AIEA prévoyant que l'Iran expédie la majeure partie de son stock d'uranium faiblement enrichi en Russie, où il serait enrichi à un niveau supérieur, puis en France, où il serait converti en combustible pour son réacteur de recherches à Téhéran servant à fabriquer des isotopes à usage médical.

Les négociations qui ont actuellement lieu à Vienne ne semblent donc pas proches d’un dénouement heureux. C’est en tous cas le sentiment de Bernard Kouchner. "A travers les indications que nous recevons, les choses ne sont pas très positives", a estimé le ministre des Affaires étrangères en marge d’une visite au Liban.

> Des négociations "constructives" avec l'Iran