L'ONU accuse Israël et le Hamas de crimes de guerre

  • A
  • A
L'ONU accuse Israël et le Hamas de crimes de guerre
Partagez sur :

Le gouvernement israélien a rejeté les conclusions du rapport, jugé "partial", de l’ONU sur son offensive à Gaza à l’hiver dernier.

"Des actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être, dans certaines circonstances, à des crimes contre l'humanité ont été commis par les forces armées israéliennes," a déclaré mardi le juge Richard Goldstone, qui présentait le rapport d'enquête de l'ONU sur l’offensive militaire de Tsahal à Gaza en décembre-janvier dernier.

Le rapport pointe également du doigt les tirs de roquettes du Hamas sur des cibles non militaires en territoire israélien. Ils constituent des crimes de guerre, voire des crimes contre l'humanité, souligne le rapport de la mission du Conseil des droits de l'homme de l'ONU que préside Richard Goldstone. Cette mission avait été chargée d'enquêter en avril sur les possibles violations commises lors de l'offensive israélienne contre la bande de Gaza, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009.

Israël a aussitôt réagi et rejeté les conclusions d’un rapport jugé "partial". "Israël n'a pas jugé utile de coopérer avec la Mission d'enquête car son mandat était clairement partial et a ignoré les milliers d'attaques à la roquette du Hamas contre des populations civiles dans le sud d'Israël qui ont rendu nécessaire l'opération "Plomb durci" contre Gaza", a indiqué le ministère israélien des Affaires étrangères.

"La stratégie du Hamas consistant à se servir de civils palestiniens comme bouclier pour lancer des attaques terroristes a été délibérément ignorée", a poursuivi le gouvernement israélien, qui juge que l’Onu, par son rapport, a "donné une légitimité à l'organisation terroriste Hamas".

L'offensive israélienne de l’hiver dernier, menée en réponse aux tirs de roquettes palestiniennes contre l'Etat hébreu, a fait plus de 1.400 morts palestiniens, selon les services d'urgence palestiniens, et provoqué d'énormes dégâts dans le territoire.