L'"odieuse" mise en scène des shebabs

  • A
  • A
L'"odieuse" mise en scène des shebabs
Les islamistes tentent de provoquer l’effroi en diffusant des photos du cadavre présumé d'un Français.
Partagez sur :

Ils tentent de provoquer l’effroi en diffusant des photos du cadavre présumé d'un Français.

>> L’ACTU. Les islamistes somaliens ont publié les images du corps d’un homme occidental sur Twitter. Il pourrait s’agir de celui du chef du commando qui a tenté de libérer l’otage français Denis Allex. Une technique de propagande dont les shebabs usent régulièrement et que le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a qualifiée de "particulièrement odieuse".

Une image sur Twitter... C’était la plus grande crainte du ministère français de la Défense. Les insurgés islamistes somaliens ont publié lundi sur leur compte Twitter une photo du cadavre d'un homme blanc, présenté comme le chef du commando ayant échoué à libérer samedi l'otage français Denis Allex. "Le commandant français tué durant l'opération de secours bâclée à Bulomarer", indique la légende de l'image, sur laquelle apparaît un jeune homme aux cheveux courts, du sang séché sur le visage, vêtu d'un pantalon clair et d'une chemise sombre, dont dépasse une chaîne et une croix chrétienne en argent.

.... et une mise en garde pour la France. "François Hollande, cela en valait-il la peine?" dit la légende de la deuxième photo sur laquelle le corps apparaît en plan plus large, à côté de matériel militaire, dont des armes, des chargeurs, un gilet pare-balles, un casque, un sac à dos et du matériel optique. Sur ses jambes sont posés une arme de poing et un fusil d'assaut, tous deux munis de silencieux et de couleur camouflage. L'homme décédé porte des chaussures de type militaire et un gant de protection à la main droite. La France n'a pas confirmé l'authenticité du cliché diffusé.

Un exercice de propagande. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait dit craindre, de la part des insurgés somaliens, une "mise en scène macabre" de son corps et de celui de l'otage, Denis Allex. "Mais, les islamistes somaliens ne se sont jamais privés de faire des mises en scènes macabres", rappelle Didier François, spécialiste de la Défense à Europe 1. "Chacun des films d’otages diffusés par les shebabs sont conçus pour provoquer l’effroi", ajoute-il, estimant qu’"on ne peut donc pas traiter les informations venant des shebabs comme une information normale".

>> Mise à jour, 17h01 : Les insurgés islamistes somaliens ont par ailleurs annoncé lundi être parvenus à "un verdict unanime" sur le "sort" de Denis Allex, qui est présumé mort par les autorités françaises.