L’Irlande brocarde Henry

  • A
  • A
L’Irlande brocarde Henry
Partagez sur :

D’internet à la maire de Dublin, en passant par les pubs et même par la publicité, la main d’Henry reste dans toutes les têtes irlandaises.

En France, la main de Thierry Henry mercredi soir face à l’Irlande est encore très largement commentée. En Irlande, c’est encore pire. Le mauvais geste du capitaine de Bleus habite les esprits. Dans les pubs, au sommet de l’Etat, sur internet, tous ont en travers de la gorge la qualification des Bleus aux dépens des Verts. Même la publicité s’est emparée de l’affaire. Le site de pari en ligne Paddy Power annonce ainsi dans les journaux, photo de Thierry Henry masqué comme un bandit à l’appui, avoir remboursé tous ceux qui avaient misé sur une victoire irlandaise à la Coupe du monde. "Pour atténuer la douleur, on rend l’argent", annonce l’encart.

Emer Costello, la maire de Dublin, confirme la drôle d’ambiance qui règne actuellement dans la capitale irlandaise :


Dans la rue et les pubs, les gens crient encore et toujours à l’injustice. Si la plupart des Irlandais n’ont pas tout à fait perdu le sens de l’humour, a pu constater Damien Gourlet, l’envoyé spécial d’Europe 1 à Dublin, d’autres y vont plus fort. "La prochaine fois que l’Allemagne envahit la France, ne comptez pas sur nous", plaisante, amer, un homme dans un pub. Beaucoup jurent également qu’en cas de confrontation entre la France et l’Angleterre à la Coupe du monde, ils supporteront le voisin anglais, pourtant traditionnellement honni. Inimaginable il y a encore deux jours.

Les radios se sont également emparés de l’affaire. Deux d’entre elles ont ainsi fait tourner sur leurs antennes des parodies de chansons, mises en ligne sur Internet.

FM104 détourne ainsi le Take on me d’A-ha en I hate Henry :

Dublin’s 98 choisit de son côté de parodier Beat it, de Michael Jackson, en Cheat it :

Et c’est d’ailleurs sur Internet que les déçus s’en donnent le plus à cœur joie. Sur Facebook, le bien-nommé groupe We Irish hate Thierry Henry (the cheat) (Nous Irlandais détestons Thierry Henry [le tricheur]) compte déjà plus de 86 000 fans, et le nombre ne cesse d’augmenter. Ce groupe propose un florilège des images détournées de Thierry Henry. L’attaquant français est représenté en basketteur, en handballeur, ou en rugbyman. Il est également caricaturé avec plus ou moins de bon goût. La tête du joueur dépasse ainsi du corps d'un serpent, symbolisant, dans un pays aussi chrétien que l'est l'Irlande, la trahison.