L’Inde dévoile à son tour ses intentions avant Copenhague

  • A
  • A
L’Inde dévoile à son tour ses intentions avant Copenhague
Partagez sur :

Le premier ministre indien a promis des objectifs "ambitieux", mais seulement en cas d’ accord général "équitable".

Après les Etats-Unis et la Chine, l’Inde a fait entendre sa voix samedi à moins de dix jours du sommet de Copenhague. Mais une voix plus timide : le premier ministre indien, Manmohan Singh, a assuré que son pays était prêt à s'engager en faveur d'objectifs "ambitieux" de réduction des émissions à effet de serre. Mais à la condition que cela s'inscrive dans le cadre d'un accord général "équitable".

Le géant indien, qui craint pour son taux de croissance, reste donc le seul des principaux pays pollueurs de la planète à ne pas avoir encore donné d'objectifs chiffrés de réduction des gaz à effet de serre. Mercredi, pour les Etats-Unis, Barack Obama avait tablé sur une possible réduction des émissions américaines de gaz à effets de serre de 17% au-dessous du niveau de 2005 d'ici 2020. Quelques heures plus tard, la Chine avait frappé un grand coup en annonçant pour la première fois vouloir réduire de 40 à 45% d'ici 2020 son "intensité carbone" en prenant pour référence l'année 2005.

Manmohan Singh a rencontré Nicolas Sarkozy vendredi, en marge du sommet du Commonwealth. Le président français a souhaité, de son côté, insisté sur le pas en avant fait par l’Inde et assuré que les objectifs chiffrés viendraient ensuite. "Le Premier ministre Singh m'a dit que, d'ores et déjà, jamais l'Inde ne produirait plus de carbone que la moyenne des autres pays", a insisté le chef de l’Etat français qui a profité de la rencontre pour annoncer qu’il se rendrait en Inde fin mars ou début avril pour signer des accords sur le nucléaire civil.

"Aujourd’hui chacun annonce des choses, c’est intéressant. Il y a à la fois du poker menteur et une réalité", a analysé samedi sur Europe 1 Serge Orru, le directeur général du WWF. Avant d’ajouter, prudent mais déterminé : "Laissons nous pousser par ce vent d’optimisme et essayons d’obtenir le plus possible".