L’hommage à Lech Kaczynski maintenu

  • A
  • A
L’hommage à Lech Kaczynski maintenu
@ MAX PPP
Partagez sur :

De nombreux chefs d'Etat ont dû renoncer à y assister à cause du nuage de cendres.

Malgré le nuage de cendres volcaniques qui perturbe l’ensemble du trafic aérien européen et qui a obligé la Pologne a fermé son espace aérien, les funérailles de Lech Kaczynski se tiendront bien dimanche à Cracovie. Une cérémonie d’hommage pour le président polonais mort il y a une semaine avec 96 autres personnes dans le crash de leur avion en Russie.

La tenue ou non de la cérémonie a été en suspens. Jusqu’à ce que la présidence polonaise fasse savoir : "la volonté de la famille est qu'en aucune circonstance la date des funérailles ne soit modifiée".

Qui pourra finalement venir ?

Le représentant du pape a été le premier à annoncer qu’il ne pourrait être présent. Le président Barack Obama a annoncé samedi qu'il n'assisterait pas aux obsèques. La chancelière allemande Angela Merkel a fait de même. Ont également annulé leur venue entre autres, le Premier ministre canadien Stephen Harper, son homologue coréen Chung Un-chan, le prince Charles. Nicolas Sarkozy a renoncé au voyage samedi soir tout comme le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Le président letton Valdis Zatlers fait le voyage de 960 kilomètres en voiture, le premier ministre estonien qui a 1.300 kilomètres à parcourir fait de même. Le président slovaque viendra également par la route et le tchèque par le rail.

En Pologne, les préparatifs continuent. Une cérémonie nationale d'hommage à toutes les victimes du crash a eu lieu samedi à la mi-journée, à Varsovie. Plus de 100.000 Polonais se sont recueillis au cours d'une cérémonie grandiose sur une immense place de Varsovie.

Un million de personnes attendues

Un acteur a lu les noms de chacun des passagers qui se rendaient dans la forêt de Katyn pour un hommage à la mémoire de 22.000 officiers polonais tués sur ordre de Staline en 1940. Celui du président, de son épouse Maria, de tous les chefs d'état-major de l'armée du pays, de figures de la résistance et de la lutte contre le communisme, de députés et vice-ministres, d'ecclésiastiques. Du chef du comité olympique polonais également, du président de la banque centrale et de bien d'autres personnalités mais aussi des traducteurs et interprètes, des jeunes agents de sécurité et hôtesses de l'air.

Les corps du couple présidentiel doivent être transférés dimanche matin en avion militaire à Cracovie, où la municipalité dit attendre jusqu'à un million de personnes pour les obsèques.