L'hélicoptère US aux mains des Chinois ?

  • A
  • A
L'hélicoptère US aux mains des Chinois ?
Le Pakistan aurait autorisé des ingénieurs militaires chinois à examiner les débris de l'hélicoptère américain qui s'était écrasé en mai lors de l'attaque contre la résidence où se cachait Oussama Ben Laden.@ reuters
Partagez sur :

L'appareil américain s'était écrasé en mai au Pakistan lors de l'attaque contre Ben Laden.

Un hélicoptère devenu objet de toutes les convoitises. Les services de renseignement pakistanais auraient autorisé des ingénieurs militaires chinois à examiner les débris de l'hélicoptère américain ultra-secret qui s'était écrasé en mai lors de l'attaque contre la résidence où se cachait Oussama Ben Laden, a rapporté dimanche le New York Times.

Les Etats-Unis accusent

Citant des responsables proches du dossier ayant requis l'anonymat, le quotidien américain affirme que les services de renseignement américains ont la certitude que des ingénieurs chinois ont photographié en détail la queue de l'hélicoptère Black Hawk, qui était restée quasi intacte.

D'après le New York Times, c'est à l'invitation de responsables du renseignement pakistanais que ces ingénieurs ont pu observer les restes de l'hélicoptère, équipé d'une technologie furtive ultra-secrète pour échapper aux radars. Selon le quotidien, les soupçons des Américains reposent sur l'écoute de conversations téléphoniques dans lesquelles des responsables pakistanais proposaient d'inviter des Chinois à visiter les lieux du crash.

Après avoir éliminé le chef d'Al-Qaïda à Abbottabad, à une centaine de kilomètres au nord d'Islamabad, les soldats d'élite américains des Navy Seals avaient essayé, en vain, de détruire complètement l'appareil qui s'était écrasé lors de l'atterrissage. Le commando était ensuite reparti à bord d'un autre hélicoptère avec le corps de Ben Laden. Quant à elle, la queue de l'hélicoptère était restée quasi intacte et avait été récupérée par les autorités pakistanaises, rappelle le New York Times.

Le Pakistan dément

Des révélations qui ne risquent pas d'arranger les relations très tendues entre les Etats-Unis et le Pakistan, depuis l'élimination de Ben Laden. Réputé introuvable depuis 2001, chef d'Al-Qaïda avait en réalité résidé plusieurs années dans une ville de garnison pakistanaise.

Les autorités pakistanaises ont ainsi immédiatement réagi aux accusations américaines. Un haut responsable des services de sécurité pakistanais a fermement démenti toute complicité avec les chinois dans ce dossier. "Tout cela est faux. Ce ne sont que des spéculations. L'épave a été rendue. Il n'y a plus d'hélicoptère" au Pakistan, a-t-il indiqué.

Déjà en mai, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Jiang Yu avait qualifié de "ridicules" des informations indiquant que la Chine avait demandé à voir la carcasse de l'hélicoptère. Par ailleurs, fin mai, un porte-parole du Pentagone avait annoncé que l'épave de l'hélicoptère avait été restituée par le Pakistan et se trouvait à présent aux Etats-Unis.

.