L’ex-enquêteur portugais face aux parents de Maddie

  • A
  • A
L’ex-enquêteur portugais face aux parents de Maddie
Partagez sur :

Les "retrouvailles" ont eu lieu à l’intérieur d’un tribunal à Lisbonne, plus de deux ans après la disparition de la fillette.

Goncalo Amaral a été en charge de l’enquête sur la disparition de Madeleine McCann jusqu’en octobre 2007. C’est cet inspecteur de police portugais que les parents de la fillette britannique ont assigné devant la justice pour diffamation après la parution de son livre Maddie, L’enquête interdite. Les deux parties se sont retrouvées mardi devant la septième chambre du tribunal civil de Lisbonne, plus de deux ans après la disparition de Maddie.

Face aux juges, Goncalo Amaral a redit son point de vue sur l’affaire: Maddie, qui aurait aujourd’hui six ans, est morte et ses parents sont impliqués dans sa disparition. Il a demandé à plusieurs autres policiers de venir apporter leur témoignage, rapporte la BBC. Parmi eux, un inspecteur en chef pour qui la fillette est décédée dans l’appartement de vacances de ses parents, le jour même de sa disparition.

"Personne n’est autorisé à dire que notre fille ne peut pas être retrouvée sans apporter une très claire preuve du contraire. C’est l’objet de ce procès", a affirmé Gerry McCann, à son arrivée au Portugal.

En septembre dernier, un tribunal portugais avait rendu une première décision favorable aux McCann en interdisant temporairement la vente du livre Maddie, L’enquête interdite ainsi qu’en empêchant Goncalo Amaral de s’exprimer publiquement sur le dossier.

L’enquêteur portugais s’était vu retirer le dossier après avoir critiqué dans les médias la police britannique. Il a depuis pris sa retraite mais il a reçu plusieurs invitations en Grande-Bretagne pour venir parler du cas Maddie, rapporte le journal portugais Espresso. Kate and Gerry McCann réclament environ 1,2 millions d’euros. Cette somme leur servirait à financer de nouvelles investigations, alors que la police portugaise ne travaille plus sur ce dossier. Le tribunal devrait trancher d’ici la fin du mois de janvier.