Etat islamique : deux otages japonais menacés d'exécution

  • A
  • A
Etat islamique : deux otages japonais menacés d'exécution
Des djihadistes de l'Etat islamique (Photo d'illustration).@ AFP/ALBARAKA NEWS
Partagez sur :

Le groupe Etat islamique réclame une rançon de 200 millions de dollars au gouvernement japonais pour sauver deux otages. Tokyo a prévenu qu'il ne céderait pas.

La vie de Haruna Yukawa, dont la profession n'est pas connue, et Kenji Goto Jogo, un journaliste indépendant, est en danger. Le groupe Etat islamique (EI) menace mardi dans une vidéo de tuer ces deux otages japonais qu'il affirme détenir. Les djihadistes réclament une rançon de 200 millions de dollars au gouvernement japonais, qui a prévenu qu'il ne céderait pas.

"Vous avez 72 heures". Dans cette vidéo dont l'authenticité est en cours de vérification par Tokyo, les deux otages apparaissent, habillés d'une tenue orange. Entre eux se tient un homme portant l'uniforme djihadiste noir, cagoule sur la tête et couteau à la main. C'est lui qui formule cette demande, en anglais : "vous avez 72 heures pour faire pression sur votre gouvernement afin qu'il prenne une décision sage et paie 200 millions de dollars pour que vos vies soient épargnées".

>> LIRE AUSSI - Peter Kassig, un humanitaire assassiné par l'Etat islamique

Shinzo Abe à Jérusalem. L'organisation Etat islamique, qui contrôle de larges pans de territoire en Syrie et en Irak, publie cette vidéo alors que Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, est en visite à Jérusalem. Il doit ensuite rencontrer Mahmoud Abbas, le président palestinien, à Ramallah, en Cisjordanie. Les 200 millions de dollars réclamés correspondent, selon la vidéo, à une compensation pour l'aide non militaire promise par Shinzo Abe aux pays affectés par l'offensive de l'EI.

>> LIRE AUSSI - Des frappes ont visé des dirigeants de l'EI en Irak

Le Premier ministre nippon a réagi à la menace des djihadistes depuis Jérusalem, se disant "indigné au plus haut point par un tel acte". "J'exige vigoureusement qu'aucun mal ne leur soit fait et qu'ils soient libérés immédiatement", a-t-il lancé, ajoutant : "la communauté internationale ne cédera pas au terrorisme et nous devons faire en sorte de coopérer". 

>> LIRE AUSSI - L'Etat islamique tenterait de monnayer le corps de James Foley