L’énigme Etan Patz est résolue

  • A
  • A
L’énigme Etan Patz est résolue
Un homme vient d'avouer avoir tué Etan Patz.@ Reuters
Partagez sur :

Un homme, suspecté d'être lié à la disparition du petit Américain, il y a 33 ans, a avoué.

identité etan patz 930

© Reuters

A la veille de la 33e année de sa disparition, jour pour jour, le mystère autour d'Etan Patz vient d'être résolu. L'homme qui avait été arrêté mercredi a avoué avoir tué le petit garçon de 6 ans en 1979. Le responsable de ce crime va être inculpé pour meurtre.

"Pedro Hernandez, âgé de 51 ans, a avoué avoir attiré l'enfant dans une épicerie de Manhattan en lui promettant un soda, de l'avoir tué et d'avoir abandonné son corps dans un sac plastique au milieu des poubelles", a déclaré Raymond Kelly, le chef de la police de New York. Europe1.fr revient sur cette affaire qui avait bouleversé l'Amérique.

Sa disparition. Etan Patz a disparu le 25 mai 1979 dans son quartier de SoHo, dans le sud de Manhattan. Autorisé pour la première fois par ses parents à se rendre seul à l'arrêt de bus dans la rue voisine, le jeune garçon de six ans avait disparu mystérieusement sans laisser de traces.

Retour sur cette disparition :

Après des années de recherches vaines, l'enquête a finalement été abandonnée et Etan a été déclaré mort en juin 2001 par un tribunal de Manhattan. Sous la pression des parents, l'enquête a été rouverte il y a deux ans par le procureur Cyrus Vance au moment où celui-ci lançait sa campagne pour être élu à ce poste.

Le nouveau suspect. L'homme a été interpellé mercredi dans l'Etat du New Jersey, selon une source citée par CNN. D'autres médias américains, affirment que le suspect vivait et travaillait, à l'époque, a proximité du domicile d'Etan Patz. Il s'agirait de Pedro Hernandez, précise le New York Times. L'homme a été conduit jeudi dans le bureau du procureur du comté de New York, Cyrus Vance Jr. C'est là qu'il est passé aux aveux.

excavation etan patz 930

© Reuters

Une excavation en avril. Le mois dernier, la police et le FBI avaient, pendant plusieurs jours, creusé une cave du quartier, à une cinquantaine de mètres de l'appartement où habitent toujours les parents d'Etan Patz. La cave avait déjà été inspectée dans le passé, mais sans travail d'excavation, selon la police. "Le passage du temps n'aide pas, mais les avancées de la science aident énormément", avait commenté le porte-parole de la police, Paul Browne, soulignant notamment que dans les années 70, les chiens spécialisés n'existaient pas. Mais ils n'avaient apparemment pu récolter aucun indice qui pourrait faire avancer l'enquête.

L'exploration de la cave en avril :

Les autres suspects. Jusque là, les enquêteurs avaient pour principal suspect, Othniel Miller, un voisin. Au moment de la disparition du garçonnet, cette cave était utilisée par ce charpentier de 75 ans. Les deux se connaissaient au point même qu'Etan Patz l'avait aidé de temps en temps pour de petits travaux. Les enquêteurs avaient élaboré la théorie qu'il avait tué le garçon, avant de l'enterrer à cet endroit. Interrogé par le FBI, il a toujours nié être impliqué dans cette disparition et n'a jamais pu être inculpé.

"Mr. Miller n'a pas tué Etan Patz" :

josé ramos

© Capture ABC News

Jose A. Ramos, un homme connu des services de police pour agressions sexuelles sur enfants, faisait également parti des suspects. Il vivait, à l'époque des faits, à proximité du domicile d'Etan et avait des relations avec une femme qui travaillait pour la famille Patz en tant que baby-sitter. Jose Ramos est actuellement toujours en prison pour avoir agressé un garçon dans l'Etat de Pennsylvanie mais réfute tout lien avec l'enlèvement d'Etan.

Un dossier sensible. La disparition du petit garçon avait, à l'époque, choqué l'Amérique. Après cette affaire, des millions de parents avaient interdit à leurs enfants de marcher seuls jusqu'à l'arrêt du bus scolaire ou de jouer dehors. Outre la psychose qu'elle a généré, l'affaire Etan Patz était devenue un symbole. Le garçon avait été le premier enfant disparu dont la photo était apparue sur les briques de lait, pour essayer d'aider les enquêteurs. Une tradition qui depuis se perpétue aux Etats-Unis. Le président Ronald Reagan avait même instauré le 25 mai comme le jour de commémoration des enfants disparus.