L’Américain qui traquait Ben Laden

  • A
  • A
L’Américain qui traquait Ben Laden
@ REUTERS
Partagez sur :

Gary Brooks Faulkner a été arrêté près de la frontière afghane. Il disait traquer le terroriste.

Il pensait réussir là où les services secrets américains et les forces armées internationales avaient échoué. Gary Brooks Faulkner, un entrepreneur américain âgé d’une cinquantaine d’années, a été arrêté lundi dans les montagnes du Chitral, au Pakistan, près de la frontière avec l'Afghanistan. Son objectif : traquer et capture Oussama Ben Laden. En toute simplicité.

L’homme, spécialiste de l’hapkido, un art martial coréen, a fait le chemin seul, avec pour toutes armes un pistolet, un couteau et une épée. Il était également muni de lunettes infrarouges pour la vision nocturne.

"Il n’est pas fou"

Et l’homme semblait croire du comme fer à la réussite de sa folle entreprise. "Mon frère a pris l'attaque du 11-Septembre très personnellement. C'est un vrai bulldog et quand il a eu cette idée d'aller capturer Ben Laden, j'étais sûr qu'il ne la laisserait pas tomber", a indiqué aux médias américain Scott Faulkner. "Je ne l'en ai pas dissuadé. S'il a une quête, une vision, une passion, alors je l'encourage. Est-ce que je partage cette passion? Absolument pas, mais c'est la sienne", a-t-il ajouté.

Et de préciser : "mon frère n'est pas fou. Il est très intelligent, il est amoureux de son pays et il n'a pas oublié ce que Ben Laden a fait à ce pays. Il n'a pas volé de banque pour cela, il ne s'en va pas tuer des gens, ce n'est pas un terroriste et encore une fois, il n'est pas fou", a-t-il insisté.

C’est désormais au tour des psychiatres de se prononcer sur l’état mental de celui que la presse américaine surnomme ironiquement le "ninja américain". Gary Brooks Faulkner a é&té soumis mercredi à des tests médicaux et psychiatriques. "Un médecin l'a examiné, a passé 30 minutes avec lui, il nous a dit qu'il avait quelques problèmes psychologiques, mais qu'il n'était pas fou", a déclaré à l'AFP en fin de journée un responsable des services de renseignement à Peshawar.