L'ambassadeur d'Iran n'est pas venu au Quai d'Orsay

  • A
  • A
L'ambassadeur d'Iran n'est pas venu au Quai d'Orsay
Partagez sur :

Barack Obama se dit "troublé", la France "préoccupée" et l'Allemagne déplore des "irrégularités" lors du scrutin : la communauté internationale réagit après la réélection d'Ahmadinejad.

La France "profondément préoccupée" par la situation en Iran, Angela Merkel qui déplore des "irrégularités" lors du scrutin : la communauté internationale continuait de réagir, lundi, après trois jours de troubles post-électoraux en Iran.

> Paris avait convoqué l'ambassadeur d'Iran en France au ministère des Affaires étrangères pour lui réclamer "des explications". Mais le Quai d'Orsay a dû se contenter d'exprimer ses inquiétudes sur la situation en Iran au conseiller de l'ambassadeur en France, le premier représentant de Téhéran à Paris étant "indisponible". Nicolas Sarkozy s'est déclaré "profondément préoccupé par les développements de la situation politique en Iran", condamnant les "violences contre les manifestants" et appelant à faire "toute la lumière" sur les résultats de la présidentielle, selon un communiqué de l'Elysée.

> Même tonalité à Berlin, Angela Merkel a jugé qu'il existait "des signes d'irrégularités" lors du scrutin.

> L'Union européenne, par la voix de ses ministres des Affaires étrangères, a demandé à l'Iran d'enquêter sur la conduite de l'élection présidentielle en Iran et déploré "l'utilisation de la force contre des manifestants pacifiques".

> Aux Etats-Unis, le président Barack Obama s'est dit lundi "profondément troublé" par les violences en Iran, tout en prenant garde de ne pas mêler les Etats-Unis à la crise politique: "Nous respectons la souveraineté iranienne et nous voulons éviter que ce soient les Etats-Unis qui deviennent le problème en Iran", a-t-il déclaré. Dimanche, le vice-président américain Joe Biden avait émis "des doutes", s'abstenant néanmoins de "tout commentaire jusqu'à ce que nous disposions d'un tableau d'ensemble de la situation".

> Ehud Barak, le ministre israélien de Défense, avait lui qualifié de "mauvaise nouvelle" la réélection d'Ahmadinejad. "Je ne suis pas sûr que ces résultats reflètent la volonté réelle du peuple iranien", avait-il encore indiqué.

> Amnesty International a appelé les autorités iraniennes à ouvrir immédiatement une enquête sur la répression, menée par les forces de sécurité, contre les manifestants.

> Mahmoud Ahmadinejad défend sa réélection