L’ambassadeur d’Iran charge Clotilde Reiss

  • A
  • A
L’ambassadeur d’Iran charge Clotilde Reiss
Partagez sur :

Seyed Mehdi Miraboutalebi justifie les soupçons qui pèsent sur la Française, toujours assignée à résidence à Téhéran.

L’ambassadeur d’Iran en France ne mâche pas ses mots à l’égard de Clotilde Reiss. Dans une interview au Parisien de mardi, Seyed Mehdi Miraboutalebi revient sur le sort de cette jeune Française emprisonnée pendant près d’un mois et demi à Téhéran, et toujours assignée à résidence dans la capitale iranienne.

Et Seyed Mehdi Miraboutalebi n’est tendre ni avec la jeune femme, ni avec la France. "Pourquoi va-t-elle à Ispahan, la région où sont précisément installés nos centres d’enrichissement d’uranium?" s’interroge notamment le diplomate iranien, qui rappelle aussi que Clotilde Reiss a rédigé un mémoire intitulé "Comprendre la politique iranienne dans la crise nucléaire". "Ce document justifie nos doutes à son égard", estime Seyed Mehdi Miraboutalebi.

Le diplomate assène ensuite : "Son dossier compte huit chefs d’accusation. Elle les a tous reconnus lors de son procès. (…) Lorsque son visa a expiré une deuxième fois, elle aurait dû quitter le pays, mais elle a continué à séjourner illégalement. En apparence, elle est partie pour donner des cours de français à Ispahan. Alors pourquoi s’est-elle retrouvée pendant quinze jours dans les manifestations de Téhéran?"

Seyed Mehdi Miraboutalebi ne s’arrête pas là. L’ambassadeur d’Iran s’en prend également à son pays hôte. "Depuis deux mois, je fais tout mon possible pour que le climat s’apaise et éviter que les choses ne dégénèrent, assure-t-il. La France a choisi de s’ingérer dans les affaires iraniennes immédiatement après l’élection et diffuser ses messages de propagande à l’opinion publique."

Bernard Kouchner a peu goûté la sortie du diplomate. "Arrêtez de penser que l'ambassadeur d'Iran est la justice iranienne, s’est emporté le ministre des Affaires étrangères au micro d’Europe 1. Ce monsieur a parlé, il a tort de le faire d'ailleurs, parce que ce qu'il dit est faux."