L'allaitement serait stoppé trop tôt

  • A
  • A
L'allaitement serait stoppé trop tôt
@ MAXPPP
Partagez sur :

Une étude montre que 40% des parents donnent du "solide" avant l'âge recommandé.

L'étude. Les mères finissent-elles d'allaiter leurs bébés trop tôt ? Selon une étude menée par l'institut Centers for Disease Control and Prevention (CDC), 40% des Américaines commencent à donner de la nourriture solide à leur enfant avant l'âge de quatre mois, âge jusque là recommandé par les spécialistes outre-Atlantique. Une étude qui traduit un manque d'informations chez les jeunes parents, et qui a conduit les médecins à repousser leurs recommandations à six mois minimum, comme le rapporte le New York Times.

Nourriture bébés

© MaxPPP

Les risques d'un tel comportement. L'OMS, l'UNICEF et désormais les Etats-Unis recommandent l'allaitement exclusif jusqu'à six mois. En France, la Société de pédiatrie préconise une introduction du solide entre quatre et six mois. En dessous de ce seuil, comme le rappelle le CDC dans son étude, le corps des bébés n'est pas encore prêts pour la mastication et la déglutition. En outre, l'introduction précoce des aliments solides peut augmenter le risque de certaines maladies chroniques, comme le diabète, l'obésité, l'eczéma et le cœliaque, note l'étude.

Au-delà de six mois, l'OMS recommande même d'allaiter encore pendant deux ans, en complément d'une alimentation solide. À l'inverse, nourrir son bébé exclusivement de lait jusqu'à un âge trop avancé peut également être risqué, le nouveau-né pouvant développer des carences, voire des intolérances à certains aliments plus tard.

Lait bébé

© MaxPPP

Un défaut d'information. "Mon bébé était assez vieux", "il semble affamé", "il a voulu la nourriture que j'ai mangée" ou encore "cela aiderait mon bébé à dormir plus longtemps la nuit", sont les raisons les plus évoquées par les parents qui nourrissent leur nouveau-né de "solide" avant quatre mois, selon l'étude. Les scientifiques s'inquiètent également du fait que beaucoup de mères assurent avoir reçu un avis favorable de leur médecin ou de leur pharmacien. "Les professionnels de santé doivent délivrer des directives claires et précises, et fournir un soutien pour aider les parents à mener à bien les pratiques recommandées", insiste ainsi le professeur Kelley Scanlon, co-auteur de l'étude cité par le NYT. Et de poursuivre : "il est clair que nous devons améliorer la diffusion des recommandations sur l'introduction des aliments solides".

Un problème économique ? Pour le Dr. TJ Gold, pédiatre cité par le NYT, l'arrêt précoce de l'allaitement exclusif peut également traduire des difficultés économiques, la nourriture solide étant moins chère que le lait en poudre. "Le lait en poudre, surtout dans la fourchette de quatre à six mois, coûte cher aux familles. Et si vous avez déjà des enfants et êtes habitués à préparer le repas pour toute la famille, il est beaucoup plus facile de servir la même chose à tout le monde", avance le spécialiste. Les mères qui allaitent elles-mêmes leurs enfants, et n'ont donc pas besoin d'acheter du lait en poudre, sont d'ailleurs moins nombreuses à s'affranchir de l'âge recommandé (24% contre 53%).