L'Afrique du Sud suspendue au sort de Mandela

  • A
  • A
L'Afrique du Sud suspendue au sort de Mandela
@ REUTERS
Partagez sur :

Le pays s’apprête à dire "au revoir" au père de la lutte anti-Apartheid, dans un "état critique".

L'INFO. Les dernières nouvelles ne sont pas bonnes. Nelson Mandela est "dans un état très critique", "tout peut arriver d'un instant à l'autre", a fait savoir sa fille aînée, Makaziwe Mandela dans une interview pour le journal de midi de la radio publique SAFM, jeudi.

"Nous allons attendre avec lui". "Je ne peux que répéter que papa est dans un état très critique. Tout peut arriver d'un instant à l'autre", a déclaré Makaziwe. "Mais je veux aussi souligner, une fois de plus, que seul Dieu sait quand ce sera l'heure (...) Nous allons attendre avec lui, avec papa, tant qu'il est encore avec nous, ouvrant les yeux et réagissant au toucher".

La dernière visite de Zuma. Mercredi, le président Jacob Zuma a rendu visite Nelson Mandela. Sûrement la dernière, présumait la presse locale. Le président sud africain s’est rendu mercredi soir à l’hôpital pour y voir le père de la lutte anti-Apartheid, placé sous assistance respiratoire.

L’état de Nelson Mandela n'a cessé de se détériorer depuis le week-end dernier. C’est tout un pays qui se prépare maintenant à la mort, imminente, de celui qu’ils appellent affectueusement "Madiba". Plusieurs médias locaux précisent même, jeudi matin, que les fonctions vitales de Nelson Mandela sont désormais placées sous assistance artificielle.

Les suspicions des Sud-Africains. Une réalité brutale pour les Sud-Africains après trois semaines de communication verrouillée par le gouvernement et par la famille Mandela.  "Je ne comprends pas, ils n’arrêtent pas de dire tous les jours que son état est critique, mais il ne se passe rien", s’énerve une habitante de Pretoria, au micro d’Europe 1. "Je crois qu’ils ne nous disent pas tout", ajoute-t-elle.

Les Sud-Africains sont de plus en plus suspicieux quant au véritable état de Nelson Mandela. "Il est surement déjà parti", estime l’un d’eux, interrogé par Europe 1 à Pretoria. "Je ne comprends pas pourquoi ils ne veulent pas nous dire la vérité. Ils attendent le jour idéal pour nous l’annoncer", ajoute-t-il.

Désormais la question n’est plus de savoir si Nelson Mandela va mourir, mais quand cela va avoir lieu.