L'affaire Zeitouni se déplace en France

  • A
  • A
L'affaire Zeitouni se déplace en France
"L'impunité l'emporte", déplore le père de Lee Zeitouni qui est arrivé en France lundi.@ REUTERS
Partagez sur :

Le père et le fiancé de Lee Zeitouni sont arrivés en France pour plaider sa cause.

Cinq mois après la mort de Lee Zeitouni, cette jeune israélienne de 25 ans écrasée par deux chauffards français qui ont pris la fuite, l'affaire continue d'empoisonner les relations entre la France et Israël. Des membres de la famille de cette Israélienne sont venus en France pour tenter de faire avancer le dossier. Car pour l'instant, l'affaire stagne : la France n'a pas d'accord d'extradition avec Israël et pour qu'il y ait un procès en France, Israël doit abandonner les poursuites.

"Ils vivent librement"

"Je veux qu'il (le procès) se déroule en Israël. Je viens en France convaincu que là où il y a des êtres humains, il y a des sentiments", déclare Itsik Zeitouni, son père, lundi au journal Le Figaro. Des concessions peuvent être faites pour que ces deux hommes répondent de leurs actes dans mon pays", ajoute-t-il.

Les deux français, qui ont clairement reconnu l'accident, sont actuellement en France. "Ils vivent librement. En somme, on peut tuer et ne pas être jugé. Tel est le message qui prévaut aujourd'hui. L'impunité l'emporte", déplore le père de Lee Zeitouni.

Il est également revenu sur les raisons de la présence de sa fille à Tel-Aviv. "Depuis quelques mois, elle s'y était installée avec Roy (son fiancé qui a également fait le déplacement en France). Après un séjour aux Etats-Unis, elle enseignait une discipline sportive pour financer des études de kinésithérapeute. Lee était pétillante, pleine d'humour et d'amour (…) Elle se faisait une grande idée de la justice. Je sens sa force dans le combat que je mène aujourd'hui pour elle", insiste son père.

"M. Sarkozy, en tant qu'ami d'Israël"

Cette affaire avait suscité un tollé en Israël mais aussi en France. Après l'accident, un comité "Justice pour Lee Zeitouni" s'était monté pour faire avancer le dossier. Les politiques des deux pays ont également été saisis de l'affaire. La mère de Lee Zeitouni avait envoyé un courrier à Carla-Bruni Sarkozy qui lui avait répondu.

La famille de la jeune femme, qui espérait également assister au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), mercredi soir, pour interpeller Nicolas Sarkozy, n'aura pas ce privilège. Les responsables du Crif lui ont refusé l'invitation. Ils ne souhaitent pas que "leur soirée se transforme en un événement médiatique autour de ce drame",

Plus récemment, 70 députés de la Knesset ainsi que des ministres israéliens ont appelé Nicolas Sarkozy pour lui demander d'intervenir et que soient extradés vers Israël, les deux Français. "Avec tout le respect qui vous est dû en tant qu'ami d'Israël, nous vous appelons, M. le président, à trouver une issue juridique, légale ou diplomatique qui permettra d'extrader les chauffards vers Israël", écrivaient dans une lettre les pétitionnaires. "C'est seulement à cette condition que Lee Zeitouni pourra reposer en paix, et c'est seulement ainsi que justice sera faite."