L’affaire qui fâche la Russie et les Etats-Unis

  • A
  • A
L’affaire qui fâche la Russie et les Etats-Unis
La chambre haute du Parlement russe a approuvé une loi interdisant aux Américains d'adopter des enfants russes.@ REUTERS
Partagez sur :

3’ CHRONO - Entre Washington et Moscou, rien ne va plus. En cause : la mort d’un avocat en 2009.

>> L’info. La chambre haute du Parlement russe, le Conseil de la Fédération, a approuvé mercredi à l’unanimité un texte de loi très controversé interdisant notamment l’adoption d’enfants russes par des Américains. Le texte, déjà adopté par la Douma, la chambre basse, la semaine dernière, vise à répondre à une loi votée aux États-Unis. Europe1.fr vous explique comment les tensions entre Moscou et Washington en sont arrivées là.

serguei magnitski, russie

© REUTERS

• Un avocat mort en prison. La mort en 2009 de Sergueï Magnitski est à l’origine de la brouille entre la Russie et les États-Unis. Cet avocat fiscaliste russe, conseil de la société Hermitage Capital, est mort en novembre 2009 après 11 mois de détention provisoire. En 2008, il avait été arrêté pour fraude fiscale après avoir dénoncé une vaste machination financière d’un montant de 5,4 milliards de roubles, soit 130 millions d’euros. D’après lui, des responsables de la police et du fisc auraient ourdi ce complot, au détriment de son employeur et de l’État russe. Lorsqu’il est mort, il avait été transféré depuis le centre de détention provisoire de la Boutyrka et incarcéré dans une prison de Moscou. Sergueï Magnitski, qui a subi des violences et a été privé de soins en prison, est devenu pour nombre d’Occidentaux un symbole des atteintes aux droits de l’Homme en Russie.

obama loi magnitski

© REUTERS

• Des mesures aux États-Unis. A l’origine du texte voté aux États-Unis, la suppression prévue d’un amendement voté pendant la Guerre Froide, qui prohibait les relations commerciales normales avec des pays violant les droits de l’Homme. Mais de nombreux parlementaires américains étaient toujours opposés à une normalisation des relations entre la Russie et les États-Unis, d’où la création de la "liste Magnitski", recensant les fonctionnaires impliqués dans la mort du juriste. Le 14 décembre, les États-Unis ont promulgué une loi baptisée "loi Magnistki", interdisant l’entrée sur le territoire américain de responsables russes impliqués dans la mort de l’avocat russe ou dans d’autres violations des droits de l’Homme. Leurs avoirs pourront également être gelés. Après l’examen du texte au Sénat, le sénateur John McCain a eu des mots très sévères, voyant dans la loi un signal envoyé "à Vladimir Poutine et à la kleptocratie russe, pour leur dire que ce type de violations des droits de l’Homme ne sera pas toléré"

douma, russie

© REUTERS

• La riposte de la Russie. En réponse, les députés russes ont voté vendredi une loi prévoyant de dresser une liste d’Américains et d’autres étrangers indésirables en Russie et interdisant également l’adoption d’enfants russes par des citoyens américains. Cette loi porte le nom de "Dima Iakovlev", un enfant russe mort aux États-Unis après avoir été laissé dans une voiture en pleine chaleur par sa mère adoptive américaine. La loi bannit également les ONG "politiques" financées par les États-Unis. Toute personne détenant un passeport américain se verra aussi interdire de diriger ou d’être membre d’une ONG agissant sur le terrain politique.